Jean-Pierre Spilmont – Sébastien – La Fosse aux ours

On sait la tendance lourde de l’éducation et du sens commun à classer les individus et de plus en plus à les classer selon deux catégories, les bons et les mauvais. On trouve quelques sous catégorie chez les mauvais, mais au final, le  résultat reste : Mauvais = qui ne réagit pas comme le reste du troupeau. En ouverture de ce livre, on découvre un court texte d’Hugo Pratt qui montre très bien ce phénomène, on peut également se souvenir de ce Ruban Blanc du cinéaste Michael Haneke. Le mouton noir, le gamin qui ne s’intègre pas, celui qui dès l’enfance perturbe le monde des adultes bien comme il faut. Ce texte, très court, est d’une beauté et d’une cruauté inouie. Spilmont fouaille les tripes de son lecteur et le place devant l’horreur la plus crue. Le mouton noir est souvent celui qui ne supporte pas les compromissions et la laideur du monde.

Sébastien est un enfant un peu refermé, pas très causant, pas très aimé non plus par ces chers parents, de bons commerçants pour qui ce gamin est avant tout une honte qu’il faut rapidement cacher. Mais si Sébastien est confronté très jeune à des parents déficients, il sait pouvoir s’appuyer sur l’amour de ses grands-parents, deux êtres doux, intelligents et simples, des êtres aimants. Du jour au lendemain sur les conseils d’une institutrice aux codes et lois remarquablement réglés sur son manuel d’éducation, Sébastien est retiré du  système scolaire « normal » pour être confié aux bons soins d’une institution spécialisée. Une institution dont on ne sait pas grand-chose, sinon qu’elle se charge d’accueillir des enfants dont les familles ne savent plus que faire.

Sébastien découvrira que là comme ailleurs, la solitude est une loi pour ceux qui ne sont pas « normaux » et surtout pour ceux qui refusent obstinément de se joindre aux meutes quelles qu’elles soient. Il se découvre également totalement intolérant à l’injustice faite aux plus faibles. Il refuse d’ajouter le mal au malheur. Auprès de ses grands parents, il a pu découvrir ce que signifie la bonté. Mais pour les autorités du centre, pour les autres, ce gamin trop sensible à la souffrance des autres, trop conscient de ce qu’implique être humain dans un monde où la faiblesse ou la différence sont des crimes, il est un déviant, agressif et qui crime suprême ne colle pas aux codes en vigueur.

Uniforme noir pour mouton noir. Ruban blanc pour enfant différent. Stigmatisation, codes, règles, fichiers. Cette manière de calibrer nos enfants, de ne surtout pas écouter leur voix nous permet de vivre dans un joli monde bien réglé. Les déviants, les malsonnants, les violents au trou, remisés dans des zones grises où on leur enseignera la valeur de la règle en les soumettant à des codes encore plus grotesques, toujours moins humains. Pas une tête qui dépasse et on est ainsi certain qu’à l’heure de transformer ces enfants en chair à industrie ou à canon, ils plongeront sans réfléchir. Mais parfois, malgré le dressage permanent, il reste des les cas, ceux qui ne plongent, ceux pour qui la souffrance des autres est insurmontable et insupportable…

Le site de l’écrivain

About these ads

4 Commentaires

Classé dans Littérature

4 réponses à “Jean-Pierre Spilmont – Sébastien – La Fosse aux ours

  1. J’aime cet auteur et cet éditeur, je n’ai lu que partiellement le billet car je sais que je vais lire ce bouquin
    merci de m’avoir conduit jusqu’à lui

  2. Excellent livre. Presque autobiographique, en ce qui me concerne.

  3. Ping : 2010 in review « Tournezlespages's Blog

  4. Superbe histoire ! Toute en pudeur et sobriété, et un brin d’efficacité…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s