Guillaume Métayer – Nietzsche et Voltaire – Flammarion

Rendre hommage à un  auteur par le biais de la pensée d’un autre est un exercice compliqué car l’un prend souvent le pas sur l’autre et qu’on peut rapidement  faire d’un des personnages une simple utilité. Guillaume Métayer double la difficulté en cherchant Voltaire dans l’œuvre de Nietzsche qui ne cite guère le « reclus » de Ferney et dont le portrait rappelé en fin d’ouvrage n’est guère flatteur. Alors exercice impossible ? Tentative désespérée ? Recherche d’une aiguille dans une botte de foin ? Exercice compliqué certes, tentatives parfois un peu extrêmes, mais remarquablement enrichissantes et qui éclairent la pensée d’un auteur allemand souvent mal cité du fait la difficulté et l’âpreté de son œuvre et sa pensée.

Pour savoir si Nietzche a été influencé par Voltaire, rien de plus simple, peut-on penser, il suffit d’aller chercher dans la somme des écrits de l’auteur allemand, on y trouvera des entrées nombreuses et des analyses diverses de l’œuvre du philosophe des Lumières. Malheureusement, si on trouve bien quelques ouvrages ou quelques extraits dans la bibliothèque de Nietzsche et une dédicace de Humain, trop humain, le dernier ouvrage du philosophe allemand, publié en 1878, et qui rappelle que la pensée humaine enfin débarrassée de la métaphysique révèle à la fois sa fragilité mais aussi ses immenses possibilités d’atteindre la plus totale liberté, on ne trouve guère plus dans l’œuvre elle-même, ni dans les échanges épistolaires. Guillaume Métayer va donc interroger les textes eux-mêmes afin d’y trouver les traces de l’influence du philosophe français.

L’esprit le plus corrosif des Lumières, qui fut aussi un habile goupil facilement soumis aux ordres des maîtres du temps, le grand ordonnateur de la mise à mort du christianisme, a-t-il pu imprégner durablement et profondément l’œuvre du radical et brutal ennemi de la médiocrité et du romantisme ? Ils ont en commun de chérir plus que tout « les esprits libres » ceux et celles, enfin surtout ceux, qui forts du savoir, refusent les modes et les ordonnances et cherchent jusqu’au bout à éreinter les consensus. Profondément antidémocrates et méfiants de cette foule qui se transforme au gré des humeurs en arme de destruction, ils ont l’un et l’autre donné aux intellectuels du XXè siècle les armes pour terrasser la bête religieuse et poser la nécessité du savoir. L’ironie et le rire destructeur que Voltaire mania avec un entrain jamais démenti, se retrouve plus acéré encore chez Nietzche et ont terrassé plus d’un esprit trop timoré ou trop fragile. Quant aux affections et aux détestations on retrouve chez Nietzsche un même regard décillé sur Platon et une vrai passion pour Erasme.

Guillaume Métayer, dans cet exercice aussi brillant qu’érudit, analyse dans chaque œuvre du philosophe allemand les échos du rire voltairien. Il permet ainsi d’éclaire la pensée de Nietzsche qui reconnaissons est parfois particulièrement ardue et donne à Voltaire une profondeur qui n’est pas toujours évidente dans l’œuvre d’un Voltaire trop enclin à suivre le sens des pouvoirs. Les deux hommes chérissent l’esprit libre, cette capacité rare à analyser finement sans sombrer dans la mode du temps. Il n’est pas question de chercher la sacro-sainte Vérité, nouvelle déesse des temps médiatiques, comme elle fut la folie des monothéismes, mais la capacité proprement titanesque à penser hors des pressions et des ordres, de penser par soi-même, quitte à choquer et à énerver la majorité moutonnante. Un antidote salutaire à l’omniprésente logorrhée de ceux qui disent tout haut ce que la masse pense tout bas…

Dans les Nouveaux Chemins de la Connaissance

Publicités

Une réflexion sur “Guillaume Métayer – Nietzsche et Voltaire – Flammarion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s