Iain Levison – Arrêtez-moi là! (trad. Fanchita Gonzales Battle) – Liana Levi

Avez-vous à ce point confiance dans votre système judiciaire pour considérer qu’en cas d’arrestation pour un crime majeur, la justice et la police se ligueraient pour prouver votre innocence évidente ? Oui, alors ce livre va vous ôter  toute illusion. Non, alors ce livre vous racontera par le menu ce que vous ne pouvez qu’imaginer. Iain Levison a exercé de nombreux petits boulots avant de devenir l’écrivain des destins cabossés et des vies éreintantes. Peut être a-t-il parfois regardé de travers, suspecté de ne pas être un parfait citoyen digne de tous les éloges. Car la recension qu’il donne du destin d’un chauffeur de taxi qui pour avoir voulu rendre service se retrouve enfermé dans le couloir de la mort, accusé de l’enlèvement et du meurtre d’une adolescente est saisissante. On sait que les Etats Unis et particulièrement les états du sud sont coutumiers du fait d’enfermer des innocents voire de les condamner à mort sur des dossiers pour le moins minces, le roman de Levison nous plonge dans ce cauchemar dont la dernière page ne parvient pas tout à fait à libérer le lecteur de la terrible sensation de claustration.

Jeff Sutton est chauffeur de taxi à Dallas. En règle générale il évite la zone de l’aéroport, où les courses peuvent rapporter gros, mais où ce qui attend le plus généralement c’est une interminable file de taxis. Ce jour-là pourtant Jeff Sutton décide de tenter sa chance, et bingo, il n’y a presque personne. Il est le troisième taxi  le chaland. Et des chalands, les avions de liaisons vont bientôt en déverser des dizaines, avec leurs jolis costumes et leurs petites valises cabine. La femme qui monte est plutôt jolie et elle va à Westboro, banlieue chic de Dallas. Pas d’attente et une belle course à près de 50$, voilà qui augure une bonne fin de tournée. Arrivée devant chez elle, la jolie dame s’aperçoit qu’elle n’a pas assez de monnaie, elle propose à Jeff d’entrer le temps qu’elle aille chercher l’argent. Notre chauffeur en profite pour utiliser les toilettes et découvrir une maison cossue agréablement climatisée. Par curiosité et en souvenir de son ancienne vie de vitrier, Jeff s’approche des baies vitrées, histoire de vérifier qu’elles viennent bien de son ancienne entreprise.

Après avoir récupéré le prix de la course assorti d’un joli pourboire, Jeff décide de se rentrer. Sur la route vers le dépôt, il prend en charge deux jeunes étudiantes visiblement éméchées dont l’une vomit diligemment sur la banquette. Rendez service, vous en serez toujours récompensé ! Enfin rentré chez lui, après avoir nettoyé l’arrière de son taxi et passé la vapeur pour enlever toute odeur de vomi, notre chauffeur s’apprête à profiter de deux journées de repos bien méritées.

Rendez service, il en restera toujours quelque chose ! Jeff Sutton, pour avoir voulu se montrer aimable, pour s’être souvenu de son ancien métier, se retrouve brutalement embarqué dans une histoire rocambolesque, qui pourrait prêter à rire, si les conséquences n’étaient pas aussi dramatiques. Arrêté pour enlèvement ou probable agression sexuelle, il se retrouve happé par une machine judiciaire dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle semble décider à le broyer sans attendre. Les empreintes qu’il a laissé sur la fenêtre de la maison de la jolie dame de Westboro suffisent à faire de lui un coupable idéal, d’autant qu’il a nettoyé son taxi à la vapeur, preuve absolue qu’il a quelque chose à cacher, sans doute les traces de la pauvre gamine qu’il a enlevée.

Mais la justice est bonne fille. Pour lui éviter d’être trouer par ses compagnons de prison, dont on sait qu’ils n’aiment pas les violeurs et les assassins d’enfants, on le met dans le couloir de la mort en compagnie de six autres détenus. Abasourdi, Jeff Sutton va tenter de se battre contre les services du procureur, les médias, son propre avocat pour faire valoir son innocence. C’est ce combat à la fois titanesque et totalement ubuesque que Iain Levison nous raconte. La métaphore de dizaines d’autres combats de ce genre menés sur tout le territoire américain par des hommes et des femmes que le destin a mis sur la route de zélés procureurs avides de gloire. On est loin des Experts et autres New York Police Judiciaire. Dans la vraie vie, les ignorants sont toujours parfaitement sûrs de leur fait et ils font pencher la balance dans le sens de leur ignorance.  

Sur le site de l’éditeur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s