De quoi Geronimo est-il le nom?

Ce qui m’a le plus frappé dans l’affaire Ben Laden et les commandos US n’est ni la mise en scène, ni les mensonges divers et variés…et toujours fort nombreux qui ont accompagné les premières déclarations attestant de sa mort, mais bien le nom de code choisi pour désigner l’ennemi n°1 des Etats Unis et du monde occidental, l’homme derrière les attentats du 11 septembre, dit-on, et derrière d’autres attentats avant et après: Geronimo.

Je ne pense pas que nos amis de la soldatesque US aient voulu faire référence à Saint Jérôme, le patron des soldats mexicains, donc il ne reste qu’une personnalité dans l’histoire US qui porte ce nom. Un chaman, un homme médecine qui lutta d’abord contre les Mexicains puis contre les américains pour préserver le territoire des Apaches, puis simplement la vie des derniers guerriers. L’histoire a retenu le courage de l’homme et sa technique de harcèlements des tuniques bleues qui lui permit pendant de longues années de résister. Acculé avec ses derniers hommes, il finit par se rendre, est emprisonné dans des conditions iniques en Floride et meurt en prison.

Alors pourquoi un tel choix pour défnir l’ennemi le plus intime des Etats Unis, la créature qu’ils ont crée et qui a fini par mordre la main de son maître et par s’affranchir avec violence de sa tutelle? En regardant de plus près l’histoire des Etats Unis et de leurs relations avec leurs ennemis. La violence avec laquelle furent traités les « ennemis des Etats Unis », quels qu’ils soient, indiens, anarchistes, communistes ou quelques figures du grand banditisme et plus récemment les « terroristes » est un fait historique, peut être pas spécifique, mais particulièrement « fondateur » dans l’histoire US.

Pour en revenir à notre Ben Laden Geronimo, il faut reconnaître que la question du respect de l’ennemi se pose. On sait que de nombreux chefs indiens capturés furent soient abattus comme de chiens, soit enfermés dans des conditions ignobles. Avec les « terroristes » d’Al-qaida, la mode a repris. Pratiques assumées de la torture – d’ailleurs les républicains pavoisent en prétendant que c’est grâce à la torture que l’actuelle administration a trouvé Ben Laden, hypothèse dont on découvrira sans doute très prochainement qu’elle est loin d’être exacte -, enfermement et déportation dans des prisons illégales, « disparitions » et bien sûr exécutions sommaires. On retrouve également la dégradation du corps mort de l’ennemi. Geronimo a vu sa tombe profanée par une Fraternité, Ben Laden s’est vu privé de célébration religieuse et de sépulture. Un juste retour des choses pour les victimes des attentats du 11 septembre? Non une pratique barbare, indigne d’une démocratie.

Je ne sais pas si les américains savaient parfaitement où trouver le leader d’Al-Qaida depuis longtemps et s’ils ont simplement attendu le bon moment, celui où isolé par les révoltes arabes et par les changements profonds dans les sociétés du Proche et du Moyen Orient, lui et son mouvement radical et violent seraient assez fragilisés pour que le gouvernement américain puisse frapper sans craindre de trop grandes répercutions – ce qu’ont montré les manifestations maigrelettes ici ou là pour demander vengeance de la mort de Ben Laden – je sais par contre que l’humiliation du vaincu, les premiers témoignages attestant qu’il s’était caché derrière une femme, et le mépris pour sa dépouille montrent que les Etats Unis n’ont guère changé depuis leur création et surtout depuis le nettoyage ethnique que représenta les spoliations,  massacres, déportations et enfin l’enfermement des indiens survivants dans des réserves. L’ennemi ne doit pas simplement être tué, il doit être également dégradé dans son corps et dans sa mémoire.

C’est sans doute ce que cache les photos que le gouvernement américain a choisi de ne pas montrer. On attendait tellement mieux d’Obama.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s