Palme d’or 2011 – The tree of life – Terence Malik

La Palme d’or a donc été décernée au film très mystérieux de Terence Malik, The Tree of Life.

Ce film que j’ai vu hier soir reste un mystère pour moi, hymne à la divinité, hymne à la nature, grande fresque évolutionniste, critique acerbe de ce dieu si maléfique qui gouverne tant d’existences depuis trop longtemps. Impossible à dire.

Les rapports complexes et violents au sein d’une famille américaine traditionnelle des années 50, un père faible avec les forts et fort avec les faibles, maître de maison imposant le « sir » à ses trois garçons, une marque de respect et une marque de terreur, la marque de ce dieu barbu, lointain et incapable de nous protéger auquel nous donnons le pouvoir.

Lorsque la révolte s’installe, les murs craquent, les règlent s’estompent et le ciel devient d’un seul coup plus grand, siège d’une magie et d’une puissance infiniement supérieure. La performance des acteurs est impressionnante et la caméra de Malik leur offre un somptueux écrin.

Le film est d’une intense poésie, pendant près d’une demi heure, la musique prend le pouvoir et accompagne le somptueux résumé de billions d’années d’évolution depuis le big bang. La vie dans toute sa splendeur, dans toute sa fragilité, dans son irrésistible puissance. Terence Malik livre donc une fresque bouleversante, un regard sombre sur ces familles où le père est tout puissant et impotent et où la mère est le seul lien avec un amour naturel, sans réserve, sans condition.

 Métaphysique et mystérieux, The Tree of Life est un océan primordial, celui de toutes les magies et de tous les mystères.

Publicités

3 réflexions sur “Palme d’or 2011 – The tree of life – Terence Malik

  1. Pas du tout mystérieux, ce pseudo mystique confond le kitch et le religieux : il donne à voir une image dépassée de la religion chrétienne avec des contradictions qui ne tiennent pas la route : un dieu tout-puissant qui décide du destin d’un Brad Pitt bien despote avec sa famille et qui dit à son fils  » tu es maître de ton destin, tu dois te battre pour vaincre » sans parler de ce fils défunt, qui culpabilise le père … bref, superficiel, très conformiste (la nature toute puissante et tout le bataclan rousseauiste) et sentimental …au niveau du scénario.
    Ceci dit, j’ai adoré les autres films de Terrence Malik, et là encore, au niveau purement esthétique les images sont splendides. Un beau documentaire sur la terre et l’espace, mais la dimension spirituelle est totalement fabriquée, donc absente. S’il y a bien un sujet impossible à traiter au cinéma, c’est bien la mort et malheureusement, c’est là où il sonne faux.

    • Rien à redire sur votre regard sur le film qui vaut n importe quel autre. Par contre je réfute l idée que la mort serait un sujet intraitable au cinema, la chamber du fils est un exemple parmi d’autre. La mort ce sont Les vivants, les proches, Les survivants qui peuvent en témpigner (lapalissade) et le cinéma est un vecteur comme un autre pour utiliser et mettre en scène cette matière humaine si riche et si diverse.

  2. Je pense surtout qu’il ne fait pas analyser ce film, il faut plutôt se laisser porter, l’analyse tue l’emotion. C’est un film quasi contemplatif à certains moment, inutile de lui poser des clichés (comme la nature toute puissantes ou ces pseudos allusions rousseauistes),

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s