Books # 23

Toujours très bonne cette revue qui présente l’actu de la littérature et des essais du monde entier et au-delà. La France est à l’honneur dans ce numéro, avec un excellent dossier sur les artistes sous l’occupation. On sait le mot de la bonne Simone  de B. « parce qu’il fallait bien vivre », on sait également que bien des acteurs ont fait sous l’occupation ce qu’ils sont payés pour faire, être légers, inconséquents et sans personnalité. Les jugements sont aisés, les réflexions nombreuses et les condamnations brutales. Comme le fait remarquer Paxton, on a pardonné aux barons d’industrie, aux politiciens et aux fonctionnaires ce qu’on n’a pas pardonné aux intellectuels. Le talent au service du mal est un crime capital.

En dehors de cette grande question toujours d’actualité sur la responsabilité des intellectuels en temps de guerre, il y aura à dire sur l’implication de quelques caciques français dans l’actuelle guerre libyenne,  on a beaucoup dit lors des guerres de Yougoslavie ou celles d’Irak et ne parlons pas du Rwanda, en dehors de cette toujours épineuse question donc, on trouvera d’excellents articles sur le déclin programmé de la pêche pour nourrir l’humanité, un formidable article du grandissime Oliver Sachs sur un livre abordant la résilience dans le monde des aveugles ou encore un papier éblouissant sur la nouvelle piraterie dans le golfe d’Aden qui remettra quelques pendules à l’heure sur ce nouveau crime capital pour les occidentaux.

On parle encore du la destinée post humaine au Japon ou de la revendication d’un Yoga « purifié » par quelques intégristes hindous. Un petit bémol cependant, ce numéro s’ouvre sur un entretien avec Richard Lindzen, grand prêtre des climato-sceptique, ce qui est très bien en soit, sauf que le climatologue balançant un nombre considérable de petites vacheries sur les travaux de ses camarades scientifiques ET climatologues qui avertissent l’opinion et les politiques sur les risques liées aux activités humaines dans l’évolution actuelle du climat et les implications sur un nombre considérables d’e climatologue balançant un nombre considérable de petites vacheries sur les travaux de ses camarades scientifiques ET climatologues qui avertissent l’opinion et les politiques sur les risques liées aux activités humaines dans l’évolution actuelle du climat et les implications sur un nombre considérables d’espèces et d’espaces, on pouvait attendre de la revue qu’elle donne une parole contradictoire à un autre climatologue, histoire de permettre à chacun de se faire son opinion.

Mais ne boudons pas, cette revue est aujourd’hui l’une des plus riches dédiés à l’actualité du livre. Alors lisons…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s