Nous sommes des numéros…

Lorsque nous achetons un ordinateur ou un téléphone portable, nous savons qu’il contient du coltan, personne ne l’ignore. Des articles, des reportages ont montré le lien entre l’industrie du coltan et la poursuite d’une des guerres contemporaines les plus meurtrières, la guerre du Congo. L’exploitation du coltan n’est pas la raison première de ce conflit, mais il est la raison principale de sa poursuite, les seigneurs de la guerre ayant fait une fructueuse alliance avec les industriels, dans l’indifférence générale.

Viols, viols, meurtres, meurtres, déplacements de populations civiles, déplacements de populations civiles, viols, viols, meurtres, meurtres, meurtres, meurtres, viols, viols, viols, viols….

Mais comme pour le pétrole, nous fermons les yeux, car nous ne pouvons nous passer de ces petits objets, ces petites merveilles de technologie qu’on nous fourgue à prix d’or, en nous expliquant qu’ils sont absolument nécessaires, notre lien avec le monde, notre outil de travail, notre alpha et notre omega. Nous fermons donc les yeux, nous acceptons de nous gaver de cette technologie en oubliant les millions de femmes et d’enfants violés, les millions d’hommes et de femmes tués, la destruction des espaces sauvages et la destruction de la faune et de la flore. Nous voulons notre tablette, notre nouveau, nouveau téléphone pour échanger  les détails passionnants sur nos égotismes merdeux.

Comme tant d’autres j’ai un ordinateur portable et un téléphone, je poste sur facebook et sur mon blog, et j’oublie, j’oublie, j’oublie…et puis un détail, un putain de détail de cette industrie me rend la mémoire pour un instant, un trop court instant…je me souviens, viols, viols, viols, viols, meurtres, meurtres, meurtres, meurtres, destructions, destructions, destructions, destructions, la mémoire me revient lorsque je suis confrontée à l’insondable mépris de ces industriels qui font du marketing avec le sang et les larmes…

Ce billet ne changera rien, viols, viols, viols, meurtres, meurtres, meurtres, destructions, destructions, destructions… mon ordinateur restera branché, mon téléphone portable aussi et demain, et après demain et encore le jour suivant…et pendant ce temps, une femme, des milliers, des millions, des enfants, des hommes cesseront de vivre happés par une guerre, dont je suis, dont je reste, complice, complice, complice, complice… Je suis un numéro, je ne suis plus, une femme libre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s