Graham Greene – Les comédiens (trad. Marcelle Sibor) – Pavillons Poche

Haiti, les années 60, la dictature de Papa Doc et de ses tontons macoutes, une dictature à l’africaine dans les Caraïbes avec ses malabars en costards et lunettes noires, sortis tout droit de l’enfer et ses hommes et femmes qui tentent par  tous les moyens de survivre, de ne pas tomber dans les rets de cette folie barbare. En règle générale les occidentaux se plaisent à l’ombre de ces dictatures qu’ils contribuent à installer, restaurer ou conserver. Ils profitent de la corruption généralisée pour faire du business et goûter aux délices tarifés les plus divers. Mais parfois, malgré les efforts pour fermer les yeux, les circonstances obligent à regarder, à contempler la bête et à se confronter à ses méfaits. Alors on se découvre fragile, livré comme les habitants, comme le commun des mortels à la furie de nos « amis ».

Graham Greene peint dans ce roman un portrait au vitriol de la bonne société occidentale et de ses capacités d’adaptation aux pires systèmes qui soient. Certains ont parfois été engagés dans le combat pour la liberté, mais ont découvert à leurs dépens que face aux débordements meurtriers il faut parfois juste baisser les yeux. D’autres ont compris comment vivre agréablement malgré tout et d’autres encore ne sont que des ombres, comme celles qui hantent tous les mondes. S’adapter ou mourir, s’adapter et mourir, c’est un peu la conclusion de ce roman éblouissant qui parvient à tous dire sans verser dans le pathos ou la débauche de sang et de tortures. La scène la plus fascinante, celle qui révèle dans toute sa brutalité l’arbitraire criminel de ces régimes se déroule lors d’un enterrement. Greene raconte cette scène dantesque avec une distance qui permet d’éviter la grandiloquence ou le grand guignol.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s