John le Carré – Un traitre à notre goût (trad. Isabelle Perrin) – Seuil

Les polars de l’auteur anglais font parti de notre quotidien depuis quarante ans, il a accompagné la guerre froide, le dégel, l’émergence des nouveaux bordels partout dans le monde et l’inexorable cheminement vers l’abîme. D’une fidélité  de chien à ses débuts, il a pris conscience que tous les camps dans cette histoire sont aussi égoïstes, aussi froids, aussi destructeurs les uns que les autres.  C’est dans la Constante du Jardinier que cette impression avait été la plus forte, et on retrouve ici la même rage froide, le même désespoir sous-jacent. Lorsque les plus sûrs soutiens du système commencent à perdre confiance alors il ne reste plus que le sentiment définitif d’une défaite programmée. L’économie de marché est un monstre barbare qui nous mène avec la complicité de nos politiques et de leurs chiens serviles des services secrets vers l’abîme et nous sommes tous complices et victimes de ce système. Nous souffrons d’une pourriture managériale de grande ampleur, telle est la conclusion d’un personnage et sans nul doute le sentiment profond de Le Carré et il faut bien reconnaître qu’à écouter chaque jour les nouvelles neuves du monde, cette pourriture managériale du haut en bas de la pyramide du monde capitaliste, cette ignominie qui nous fait regarder la mort de millions d’êtres comme sans  importance face au  Tour de France ou au prix du carburant sur nos autoroutes ou aux affaires de cul de quelques patrons ou politiques minables et sans intérêt ne fait que confirmer le dégoût qui affleure dans ce dernier roman de l’auteur anglais.

Vous voulez en savoir plus, alors lisez sans attendre les aventures d’un couple d’anglais bien sous tous rapports qui se retrouvent projeté dans le monde du renseignement parce qu’un mafieux russe saisi de « remords » et grand amateur de tennis s’est pris d’affection pour eux. Des rives du paradis pour gens riches aux virginales montagnes suisses en passant par Roland Garros, c’est le récit d’une course vers l’enfer.  

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s