G.Chapouthier & Frédéric Kaplan – L’Homme, l’Animal et la Machine – perpétuelles redéfinitions – CNRS éditions

Fruit d’une rencontre entre Georges Chapouthier, neurobiologiste et philosophe et un spécialiste de l’intelligence artificielle, Frédéric Kaplan, cet essai est un bel exemple de vulgarisation stimulante et passionnante. Partant d’une  distinction initiale entre l’Homme, les animaux et la machine, les deux scientifiques interrogent leurs disciplines, l’Histoire des Sciences et les plus récentes découvertes en éthologie et en sciences humaines pour brouiller les lignes et finalement nous rappeler que toutes les distinctions artificielles n’avaient pour but que de sacraliser la supériorité de l’homme sur le reste du monde autour de lui.

Concernant les animaux, la plupart des éléments abordés ici, la conscience, la morale, l’acquisition de savoirs et l’utilisation d’outils, l’affection ou encore l’entraide sont depuis bien longtemps reconnus comme des pratiques usuelles pour l’ensemble des mammifères et chez nombre d’insectes ou d’oiseaux. L’intérêt ici est le parallèle avec les machines, ces outils crées par l’homme pour lui faciliter la tâche et dont les progrès semblent aller de pair avec la très fertile imagination humaine. Si les machines sont de plus en plus perfectionnées il reste néanmoins très improbable qu’elles puissent acquérir un jour l’autonomie qui leur permettrait de s’affranchir de la tutelle de leurs créateurs. Si la miniaturisation permet de prodigieuses avancées en médecine, l’heure du post humain, mi homme, mi machine relève pour l’instant d’un fantasme qui a quelques relents de retour de la supériorité de l’homme sur le reste du monde…

L’homme est un animal qui a mieux réussi que ces commensaux semble-t-il, son activité cérébrale et ses capacités de cognition sont les plus évoluées, mais homo sapiens est également la seule espèce à être prêt, en toute conscience, à détruire son environnement et à poursuivre sa folle aventure jusqu’à sa pleine et entière extinction. Les machines pourraient bien à cet égard nous aider dans notre marche vers l’abîme. L’animal ne pourra sans doute jamais atteindre notre degré d’intelligence, mais certaines espèces pourraient bien prendre notre suite sur la première marche du podium dans la grande aventure de l’évolution. Chapouthier et Kaplan nous proposent une belle entrée en matière pour poursuivre notre aventure évolutionniste avec plus d’humilité et pourquoi pas, de sagesse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s