Shumona Sinha – Assommons les pauvres! – Editions de l’Olivier

Assommons les pauvres! réduisons à néant ceux qui mentent pour survivre, ceux qui risquent leur vie dans des traversées insensées pour un mirage de paix et d’équité! Assomons les ces masses hagardes et depénaillées qui osent venir, dans leur sabir barbare, mentir à  la  face de la République, dans la Patrie des Droits de l’Homme, pour obtenir une part du gateau que nous leur volons avec constance depuis que les puissants ont compris l’usage du baton dans la gueule du plus faible! Assommons ces mendigots stupides et crasseux, qui viennent voler notre pain et empuantir notre métro, poluer nos rues et nos vues et nous regarder dans les yeux quand ils nous saluent poliment! Qu’on les batte comme plâtre et qu’on les renvoie d’où ils viennent ces manants!

Le roman de Shumona Sinha se présente comme le témoignage d’une des nombreuses traductrices qui officient dans les locaux de instances chargés de l’octroi du précieux sésame, le droit de résidence. Elle écoute, jour après jour, de longues et tragiques histoires de viol, de massacre, de terrorisme, de meurtre, de peur et de sang. Petit à petit, elle comprend que ces histoires sont mensongères, pour certaines en tous cas. Car les portes de l’exil se refermant inexorablement aux visages de ceux qui veulent juste vivre un peu moins mal, les passeurs ont trouvé un nouveau filon, la vente d’histoires atroces, abominables pour émouvoir nos âmes émoussées, habituées à la litanie des horreurs, désormais blasées et froides.

Elle apprend à se blinder, comme les autres, parfois elle rit avec les autres devant l’évidente duplicité de ces migrants qui racontent des histoires dont ils ne semblent même pas comprendre le sens. Mais, insensiblement, elle est gagnée par la violence des histoires qu’elle est chargée de traduire, elle apprend à ne regarder ces hommes et ces femmes que  comme un bétail humain, malodorant et insupportable de misérabilisme. La colère petit à petit la gagne, sans qu’elle puisse vraiment dire pourquoi, cette colère et le mépris qui l’accompagne gagnent du terrain après chaque récit, chaque cri déchirant reconnu comme un mensonge, jusqu’au jour où elle agresse un migrant.

Le récit est âpre, resserré et sans concession. La réalité de la misère de ces populations en quête d’une place au soleil et la réalité de la duplicité de tous tissent une trame tragique, la trame de ces migrants sans espoir, et pourtant déterminés à tenter et tenter encore l’aventure inhumaine vers nos terres et nos coeurs froids.

Publicités

Une réflexion sur “Shumona Sinha – Assommons les pauvres! – Editions de l’Olivier

  1. Pingback: Assommons les pauvres | Prix du roman social

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s