Samuel D. Kassow – Qui écrira notre histoire? les archives secrètes du Ghetto de Varsovie (trad. Pierre Emmanuel Dauzat) – Grasset

En ces temps où les chrétiens du monde entier fête la naissance du juif le plus célèbre du monde, il est bon de rappeler qu’en terre très, très chrétienne de Pologne, les nazis et leurs alliés ukrainiens et polonais, réussirent l’exploit d’éradiquer une culture millénaire. Enfin  presque, car pendant que la nuit et la fureur s’abattait sur des millions d’hommes, de femmes et d’enfants, quelques individus, rassemblés dans le plus grand ghetto de Pologne, dans le mouroir de la culture yiddish, décidèrent, contre toute logique, avec un courage et une force morale indestructible de préserver les traces, des témoignages, des écrits, des photos, des noms, des oeuvres d’art. Une oeuvre sans espoir et magnifique qui permet aujourd’hui, malgré la quasi destruction des témoins de ce temps, et la mort de ceux et celles qui initièrent ce projet, de connaitre dans le détail la vie dans le Ghetto, de comprendre un peu la terreur et le désespoir de ces millions d’êtres livrés à la folie d’un groupe d’hommes décidés à aller au bout de leur fantasme de destruction.

C’est un historien de formation, Emmanuel Ringelblum qui imagine ce projet fou. D’abord pour porter témoignage des crimes commis par l’occupant et montrer les relations entre polonais et juifs, poursuivant ainsi ses thèmes d’analyses, puis au fur et à mesure que la brutalité de l’occupant révèle la barbarie du plan d’extermination pour sauvegarder envers et contre tout, ce qui peut l’être. Rester vivant dans la mémoire des hommes malgré la destruction physique annoncée. C’est ainsi que va naître « Oyneg Shabes », véritable acte de résistance, dont les nazis mesureront vite la portée puisque jusqu’au bout ils chercheront à détruire les hommes et femmes derrière le projet mais également les témoignages.

Cet incroyable travail d’archiviste s’achèvera avec l’enterrement des sources dans des bidons de lait et dans des boites au coeur même de la terre glacée du Ghetto, là où des hommes et des femmes moururent dans une ultime révolte contre l’occupant nazi. Samuel D.Kassow, grâce à ce formidable essai, nous donne à lire ce que furent les dernières années, les rêves et bientôt les cauchemars, les espoirs puis la terreur et le désespoir de ceux et celles qui venant de Varsovie d’abord, puis de toutes les villes de Pologne furent rassemblés dans le Ghetto pour y souffrir et y mourir, pour y être réduit à néant dans leur mémoire d’abord avant d’être éradiqué de la mémoire humaine.

Mais le courage fou, l’espoir presque aberrant de quelques uns, nous permet aujourd’hui de vivre avec les victimes leur calvaire, de nous souvenir de cette horreur absolue et de garder en mémoire un peu de cette culture qui donna des écrivains magnifiques, des poètes, des peintres et des musiciens, aux côtés des anonymes qui avec courage ou dans la terreur, avec grandeur ou sans conscience morale, vécurent et moururent victime d’un crime inimaginable. Un témoignage capital.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s