Alain Mabanckou – Le sanglot de l’homme noir – Fayard

J’aime beaucoup cet écrivain. Il faut reconnaitre qu’il est très séduisant :-), mais aussi plein d’esprit, drôle, ironique sans méchanceté, brillant et excellent écrivain. Bref je viens de brosser le portrait de l’homme idéal. Ses livres nous parlent certes de l’homme noir, de lui, des autres, de  la  double culture, de cette double culture en France, aux Etats Unis, au Congo et ailleurs. Bref, il nous parle finalement d’une situation d’une grande complexité et de l’art difficile parfois de rester humain face à une multitude de gens qui semblent avoir simplement oublier que nous partageons la même petite planète, le même patrimoine génétique et que nous pouvons parfois nous sentir infiniment plus proche d’une personne d’une culture ou couleur différente que de bien de nos congénères caucasiens…

Ce court essai d’Alain Mabanckou n’est pas seulement un rappel que l’homme noir est une fabrication aussi légendaire que l’homme blanc, c’est également un rappel que nous cotoyons jour après jour des personnes qui quelle que soit la couleur de leur peau partagent une solide bêtise. Que ce soit ce français de Californie incapable de faire une phrase en français sans y glisser un barbarisme, mais insistant pour connaître l’origine de notre écrivain, ou ce noir américain rendu furieux par un passé qui ne passe pas et dans lequel les ancêtre d’Alain Mabanckou était forcément complices des blancs qui avaient mis ses propres ancêtres en esclavage, dressé en cela par l’Histoire version « Racines », on suit Mabanckou dans son triste constat d’une Histoire mal apprise, mal comprise et désormais soumise à des a priori politique et raciaux sans grand intérêt autre que ceux des pyromanes du moment.

Ce qui est passionnant dans le travail de Mabanckou c’est qu’il comprend les difficultés rencontrées par les hommes et les femmes noirs ou métis, qu’il sait combien les blancs de toutes les nuances sont aptes à saisir les moindres occasions pour se poser en « civilisateurs », mais surtout il sait que face à la médiocrité des seconds, la colère et la haine ne sont pas des réponses, seuls la connaissance, la maîtrise du passé et non la création d’un passé légendaire, pourront soulager la colère laissée en germe dans le coeur de tant et de femmes humilés aujourd’hui encore par la médiocrité de petits blancs imbéciles et incultes. On pourra lui rétorquer que malheureusement ce n’est pas, loin s’en faut, toujours suffisant, mais c’est toujours mieux que la copie conforme de la médiocrité des blancs. Et puis s’il y a bien une chose qui est également partagé par l’ensemble de l’espèce humaine, toute culture ou civilisation confondues, c’est bien l’aptitude à créer des boucs-émissaires…..

http://www.dailymotion.com/video/xnlxik_alain-mabanckou-mon-livre-n-est-pas-contre-les-noirs_creation

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s