Edna O’Brien – Saints et pêcheurs (trad. Pierre Emmanuel Dauzat) – Sabine Wespieser

Dans ce recueil de nouvelles, l’auteure irlandaise nous invite à la suivre à sonder le coeur et les reins de ces irlandais qui chez eux ou en exil imposent leur marque ou s’abîment dans une solitude abyssale. Peu de douceur, beaucoup de douleurs, de vieilles amours et des passions brûlantes, mais aussi la terrible réalité du viol ou la peinture d’une sexualité trouble. Des larmes, des colères, les mirages de la lutte armée, le frisson du casse, Edna O’Brien explore les sentiments, les sensations, le goût de la terre pour les vivants comme pour les morts.

Je suis en général très amatrice de nouvelles et très amatrice de l’Irlande, j’adore ces atmosphères particulières où les hommes et les femmes sont en proie à des drames à la fois simples et absurdes, et à la lecture de la quatrième de couverture je me préparais un moment absolument délicieux. Mais la déception a été totale, je ne suis parvenue à entrer dans aucune des nouvelles du recueil, les personnages me sont restés totalement étrangers et l’écriture m’a bien souvent ennuyée. Je ne parviens pas à savoir si c’est juste une rencontre ratée comme cela m’arrive parfois avec des auteurs que j’aime par principe avant de les avoir lus ou si les nouvelles ne sont pas réussies, mais une chose est sûre, c’est une histoire manquée.

Sur le site de l’éditeur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s