Jean-Christophe Rufin – Le grand Coeur – Gallimard

« De creéature j’étais devenu créateur ». Cette phrase, l’une des dernières du roman, révèle assez bien l’intention de Jean Christophe Rufin, intention qu’il dévoile assez longuement dans sa postface. Rendre à l’argentier de Charles VII une dimension humaine et romanesque qui   transforme petit à petit le personnage historique que l’Histoire a assez bien servi, en un double entre époque médiéval et renaissance de l’auteur, un homme visionnaire et décalé dans son temps.

En cela, le travail du romancier est parfait. On suit avec plaisir les aventures du jeune Jacques, ses rêves trop grand pour son Berry natal et sa découverte que le monde est fort vaste dans les yeux d’une de ces étranges créatures venues des confins du monde connu. Il se découvre également un talent réel pour la gestion de l’argent et des affaires, tout en gardant une vision assez idéaliste d’un métier qui consiste d’abord pour lui non à l’enrichissement personnel, mais au développement et au rayonnement de son pays. La France dans laquelle grandit Jacques Coeur est pourtant bien loin d’un quelconque rayonnement: saccagé par la guerre de cent ans, affaibli par un pouvoir royal débile, traversé par des bandes d’écorcheurs, le pays ne semble promis qu’à une longue agonie. Mais le destin est joueur et incarné pour quelques mois dans une jeune fille venue de Lorraine, il échange la donne et permet à Jacques Coeur d’entrevoir un autre destin.

Parti découvrir cette terre sainte déchirée mais encore riche, Coeur comprend que les échanges avec cette région et avec d’autres plus lointaines encore sont une nécessité, que les richesses qui s’étalent sous ses yeux feront sa fortune et les délices des coeurs faibles des cours princières et des maisons bourgeoises et hateront le désir de vivre en paix. Son refus de rester marquer par les traits de son temps, lui permetttent de regarder la situation comme plus complexe et potentiellement plus facile pour les affaires si les alliances sont bien choisies. Cette ouverture d’esprit et cette capacité d’analyse séduiront un Charles VII encore bafouillant au seuil de sa réconquête du royaume.

Devenu argentier de la Cour, il découvre une noblesse affaiblie et malade mais avide de gloire au point de tout y sacrifier même sa santé. On pare des corps décharnés, on parfume des haleines fétides et on se ruine pour être dans l’ombre du nouveau maître. Cette situation attire à l’argentier des amitiés aussi fiables que la monnaie du temps, et lorsque Charles VII décidera de faire tomber l’homme le plus puissant de son royaume, ils seront nombreux à se souvenir que pour ne pas payer ses dettes, le mieux est de se débarrasser de son créancier.

Le roman de Rufin est habilement construit sur les souvenirs, les mémoires d’un homme perdu, à jamais fuyard, à jamais inquiet des ombres qui se profile. Il a tout perdu et surtout la sécurité que lui assurait la protection du prince qu’il aura pourtant aidé de son mieux. Le message est transparent, les puissants sont toujours prompts à trahir ceux qui les servent trop bien pour ne garder auprès d’eux que des valets et des clients. Malgré tout, je trouve le roman moins intéressant, moins passionnant que le formidable travail de Jacques Heers sur le même sujet.

Sur le site de l’éditeur

 

Publicités

2 réflexions sur “Jean-Christophe Rufin – Le grand Coeur – Gallimard

  1. Pingback: Lila - Become an influencer

  2. Je viens de terminer le livre, Le grand cœur, de Jean-Christophe Rufin et je dois vous dire qu’il m’a captivé du début à la fin. Il a su me faire rêver et approfondir mes connaissances de la fin du moyen-âge et de la naissance de la Renaissance. Également, il m’a donné le goût de marcher dans les pas de Jacques Coeur en allant visiter la belle ville de Bourges et son château. Alors, encore une fois bravo M. Rufin.

    Gilles Fortier
    13 rue Fréchette
    Gatineau
    Québec
    gilles_fortier@videotron.ca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s