Denis Buican – Darwin et l’épopée de l’évolutionnisme – Perrin

J’ai adoré cet essai, l’engagement et la passion de l’universitaire et professeur de sciences naturelles font du bien dans cette période de repli religieux hystérique, où tous les crétins semblent replonger avec délices dans les heures les plus noires de la superstition. Mais Buican est  également un iconoclaste qui pour défendre l’héritage darwinien n’hésite pas à claquer le bec de quelques grandes pointures de la question à commencer par le cher Steven J.Gould. Avec cet essai qui rassemble une partie d’histoire des sciences, une partie dédiée à la dénonciation de la superstition qu’elle soit scientiste ou religieuse et une partie réservée à l’héritage contemporain des travaux menée par Charles Darwin, Buican nous raconte une grande et belle histoire, une histoire qui devrait nous enchanter et nous pousser à rechercher toujours plus loin les secrets de nos liens avec le monde au lieu de vouloir à toute force nous sortir, petits hommes que nous sommes, de notre petit univers.

Le récent anniversaire de la mort de Charles Darwin et de la publication de son essai « De l’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle » a permis de redécouvrir le côté novateur, révolutionnaire même des travaux du naturaliste. Nous avons pu nous replonger dans ce XIXè siècle source de découvertes formidables, mais également sources de graves dérives, notamment du fait de ce scientisme effrayant qui va permettre de créer des passerelles totalement infondées entre une analyse erronée de l’oeuvre de Darwin et une vision social de plus en plus tourner vers un productivisme inhumain…ou trop humain.

Avec Buican, on découvre qu’à la suite de l’ouverture et du travail de fourmi réalisé par Darwin, ses « héritiers » autoproclamés ou ses opposants radicaux vont se lancer dans une course à l’absurdité qu’il nous raconte ici avec délice et gourmandise: le blé de Lyssenko ou le scarabée des anti-évolutionnistes, autant de purs moments de grâce dans la chasse aux idées niaises. On sent cependant l’agacement et l’inquiétude, car si on peut aujourd’hui rire des délires scientifiques du biologiste de Staline, des millions d’hommes et de femmes en ont payé le prix très lourd, dans l’effondrement de la productivité agricole soviétique, tandis qu’aujourd’hui partout dans le monde des enfants apprennent encore que le monde a été créé en 6 jours et que l’homme et le tyranosaure rex ont marché côte à côté….Cela peut sembler anodin, mais malheureusement, ces délires psycho rigides permetttent également de dire qu’un peuple peut être réduit à néant au nom du combat pour la liberté, tandis qu’on lâche les particularismes religieux dans des sociétés jusque là laiques.

La dernière partie est un état des lieux de l’évolutionnisme aujourd’hui et des défis qui se présentent à nos sociétés. Buican n’est pas un transhumain, mais il ne désespère pas que nous puissions apprendre des secrets du génôme mais aussi apprendre de cette partie capitale des travaux de Darwin, trop longtemps passé sous silence, l’évolution c’est une meilleure capacité adaptative, mais cette adaptabilité passe également par une alliance objective avec l’environnement et avec d’autres espèces. Complémentarité et entraide intra et inter-spécifiques sont aussi au coeur de la grande aventure de l’évolution….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s