Verbatim – Michelle Perrot

« Les femmes ne sont ni passives ni soumises. La misère, l’oppression, la domination, pour réelles qu’elles soient, ne suffisent pas à dire leur histoire. Elles sont présentes ici et ailleurs. Elles sont différentes. Elles s’affirment par d’autres mots, d’autres gestes. Dans la ville, dans l’usine même, elles ont d’autres pratiques quotidiennes, des formes concrètes de résistance _ à la hiérarchie, à la discipline _ qui déjouent la rationalité du pouvoir et directement greffées sur leur usage propre de l’espace et du temps. Elles tracent un chemin qu’il faudrait retrouver. Une histoire autre. » (Les femmes ou les silences de l’histoire – p.75)

« L’histoire des femmes s’écrit d’abord sur le mode l’exception: celle des pionnières qui brisent le silence. » p.300

« Pour les femmes, l’image est d’abord tyrannie. Elle les confronte à un idéal type physique ou vestimentaire. Elle leur suggère le bien et le beau. Comment se tenir, s’habiller, selon l’âge, le rang, le statut social ou matrimonial, selon le lieu et l’heure. Sur les femmes pèse l’oeil inquisiteur de la famille, du voisinage et du public. (…) La multiplication des images de toute nature, jusqu’à l’explosion du XIXè siècle _ « Glorifier le culte de l’image », dit Baudelaire _ a eu des effets contradictoires, accroissant à la fois et en même temps à la prégnance des modèles et des normes et les virtualités des jeux identitaires. (…) Ce modelage des apparences s’étend au corps lui-même, mis en morceaux et en coupe réglée. La physiognomie scrute les visages, la chiromancie examine les mains; une anthropométrie sourcilleuse établit des mensurations idéales, instrument de torture pour les aspirantes au titre de « Reine de beauté », symbolique triomphe de la norme. L’incorporation de l’idéal de minceur, générateur d’anorexie, forme de la dépression féminine est le signe extrême du piège des images. D’où l’anxiété croissante que les femmes, désormais assignées à la beauté, nourrissent vis-à-vis de leur paraître. D’autant que la caricature ridiculise les irréductibles ou les rebelles. » p. 380

Publicités

Une réflexion sur “Verbatim – Michelle Perrot

  1. Bonjour et merci de nous faire profiter de vos expériences par le biais de votre site! Internet c’est formidable c’est toujours intéressant de pouvoir apprendre des autres ce qu’ils ont découvert ! Pour notre part nous voudrions contribuer en signalant un livre qui nous a beaucoup touché « Les carnets d’Alexandra 1907-1908 » un livre qui malgré son ancienneté est terriblement actuel .Il réédité dans la collection « le livre de poche ». et es consacré à un sujet presque tabou les femmes qui aiment d’autres femmes. Sujet qui vous l’avez compris nous touche mon amie et moi particulièrement. Outre d’être un livre que nous pensons sans équivalent tant par son écriture que par sa puissance érotique il a été pour mon amie une véritable révélation car c’est suite à sa lecture qu’elle à cédé aux avance que je lui faisais depuis des années. Je résume la situation: mariée mère de deux enfants bien qu’elle fut toujours attirée par les femmes elle n’avait jamais osé comme on dit franchir le pas. Puis un jour elle tombe par hasard sur « les carnets d’alexandra » et en le lisant elle sent monter en elle un désir irrépressible de corps féminin. A l’époque j’avais moi même une amie que je voyais quelquefois et elle comme moi était entièrement déterminée pour les femmes mais c’était juste comme l’on dit un coup et rien d’autre. Pendant qu’elle lisait le livre m’a t- elle confié elle a senti monter en elle un désir irrépressible et a voulu venir me voir de suite. Alors comme mon amie était là nous avons fait les choses ensemble et à trois. Je passerais sur ce qui s’est passé entre nous sinon pour dire qu’enfin libérée elle était dans un état de presque frénésie. Sans doute parce qu’elle trouvait en elle un plaisir qu’elle se refusait depuis des années à cause de sa situation. Depuis nous nous sommes vues souvent en cachette puis peu à peu elle finit par accepter l’idée de vivre avec moi. Voilà pourquoi nous voulions vous parler de ce titre dont pour nous vous comprenez sans doute l’importance. Nous ne serions que conseiller à toutes de le lire. Voilà ce que nous voulions partager avec d’autres. A bientôt si vous voulez nous répondre . Bisous de partout Thérèse y Elisa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s