Cinema – Argo

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=190267.html

La crise des otages de l’ambassade iranienne traitée sous le prisme d’un polar un peu déjanté. Un film presque réussi nonobstant la fâcheuse tendance des américains à vouloir nous rejouer les 10 plaies d’Egypte en 24h Chrono et à nous enveloper dans une lourde chappe d’amour de la  patrie et de la famille. Les iraniens sont bien sûr très énervés et très pas gentils, les responsables du gouvernement de Jimmy « céréalier » Carter incompétents, les agents de la CIA un peu incompétents, mais heureusement il y a toujours le gentil gars un peu paumé qui débarque avec la mauvaise SUPER BONNE idée, qui va bien sûr sauver le monde.

Effet Obama oblige il faut désormais rappeler que les américains ont un peu méchamment merdé en renversant Mossadegh et en investissant Reza Palavi, tortionnaire de son état, renversé par un coup d’état populaire en 1979 et accueilli aux Etats Unis à la grande fureur des iraniens. D’où une entrée en force des révolutionnaires bien cornaqués par la propande de Khomeiny dans l’ambassade US où ils prennent en otage une soixantaine de personnes, pendant que six diplomates se font la belle. Après une course rocambolesque et quelques refus bien sentis, les fuyards trouvent refuge dans la résidence de l’ambassadeur du Canada, toujours sympas, Tabernacle! ces gens du nord.

Aux US c’est la panique, parce que si les otages de l’ambassade sont à peu près protégés ceux qui ont fuit seront considérés comme des espions et pendus en place publique, à la grande honte des maître du monde capitaliste. Donc il faut envoyer la CIA pour les sortir du pétrin. Après quelques propositions aussi intéressantes que l’envoi de vélo en plein hiver pour faire 500km vers la frontière turque ou la création d’un corps de professeurs d’anglais dans un pays désormais vidé de ces professeurs ou encore celle d’une bande d’agronomes en plein hiver, bref des trucs qu’on sent sorti d’une intense réflexion, un petit malin de l’exfiltration propose de monter une équipe de tournage pour un film de sci-fi orientale. Et oui, plus c’est gros, plus ça passe…

De fil en aiguille l’action se déroule entre humour potache à Hollywood et suspense à la sauce iranienne, et on se laisse séduire par les personnages du film (Ben Affleck est tout de même pas très bon acteur…). On se réjouit des niaiseries du secret service US, on s’effraie de la facilité avec laquelle on fabrique une foule hystérique et on se dit que décidément l’imagination la plus débridée sauve le monde…Un agréable divertissement et une leçon d’histoire sur l’art de créer des mythes de tous temps en dramatisant le temps.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s