Michael Crichton – La proie (trad. Patrick Berthon) – Pocket

http://www.decitre.fr/livres/la-proie-9782266141178.html

Trouvé dans la bibliothèque de Cotonou pour finir les vacances, ce polar de Crichton révèle une fois encore à la fois l’extrême efficacité de ces histoires, parfaitement formatées pour ne pas vous laisser l’envie de lâcher le livre et le fait que jouer sur les peurs et les paranoias des individus 9782266141178FS est un pari qui marche remarquablement bien, pour paraphraser le livre d’un autre grand parano du thriller US, Tom Clancy,  » la somme de toutes nos peurs » fait vendre et lire.

Ce roman paru en 2002 surfe sur les inquiétudes liées aux études sur le génomes, les nano technologies, les passerelles entre les deux domaines. Une nouvelle mouture des machines prennent le pouvoir sur leur créateurs en quelque sorte. Dans cette Silicon Valley d’un autre temps déjà, Jack, chercheur en informatique au chomage pour avoir refusé de plier devant la corruption de ses chefs, découvre les joies du cocooning et du paternage. Sa femme, brillante chercheuse, occupe de hautes fonctions dans une société en pointe sur le terrain des nanotechnologies, ce nouveau monde de l’infiniment petit supposé faciliter le travail et la vie des quelques milliards de primates humains se partageant la planète, voire guérir certaines maladies. Un monde s’ouvre, grand, très grand pas pour l’homme.

Comme tous les hommes au foyer marié à une femme éprise de son travail, il se sent déboussolé devant le temps passée par son épouse au boulot et repère désormais les multiples petits mensonges ou oublis qui jalonnent la communiation de son épouse. Pour lui, la certitude se fait, elle a un amant. Aussi, lorsque son ancien patron lui propose d’aller régler quelques soucis de programmation dans la boite co-dirigée par son épouse, il saute sur l’occasion à la fois poussé par la curiosité devant les problèmes graves évoqués mais également pour découvrir la vérité sur son épouse.

Il ne s’attend guère alors à se retrouver face à une menace terrifiante non seulement pour lui et sa famille, mais également pour les espèces vivantes de la planète. Lorsque le super prédateur fabrique une créature plus terrifiante et destructrice que lui, les dégâts promettent d »être incommensurable.

Si on est pessimiste, on parle de roman d’anticipation, si on est optimiste de roman de science fiction, si on est réaliste, on se dit que si le pire n’est jamais certain, l’homme a lui un don tout à fait reconnu pour se fourvoyer. Rondement troussé, ce roman se laisse lire sans déplaisir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s