Henning Mankell – Le chinois (trad. Rémi Cassaigne) – Point Thriller

9782757832110FShttp://www.decitre.fr/livres/le-chinois-9782757832110.html

Je n’avais jamais plongé mes mirettes dans les pages d’un polar d’Henning Mankell et je pense que c’est un grand tort. Car l’auteur suédois, père d’un Wallander qui a fait les bonnes heures d’Arte, sait créer des atmosphères dont on ne parvient à s’affranchir avant la dernière page tournée. Mais au-delà du simple polar et des peintures ternes de personnages trop souvent stéréotypés, ce fait l’intérêt particulier de ce livre, commme des adaptations des aventures de l’inspecteur Wallander, c’est la curiosité de l’auteur pour l’histoire de son pays, histoire globale, et la réalité de la Suède contemporaine. Le résultat est un roman passionnant de bout en bout où l’on n’apprend pas seulement comment tuer de pauvres gens ici ou là, mais surtout comment la Suède d’aujourd’hui s’inscrit dans un grand récit aux multiples ramifications.

Dans un village perdu dans les neiges de l’hiver suédois, un loup solitaire passe et son pas léger et craintif ne fait trembler que l’air glacé. Attiré par une affriolante odeur de sang, il trouve de quoi restaurer son estomac resté vide trop longtemps. Une jambe humaine pas encore gelée, un relief inespéré dans cette zone où seul le fracas des machoires rompt le silence. Dans ce petit village perdu, un massacre a eu lieu, dix neuf personnes massacrées, découpées, tuées vives ou dans leur sommeil. Dix huit vieillards et un adolescent. Qu’une telle chose puisse avoir lieu si loin de tout ne laisse que peu de chances de découvrir le fin mot d’un tel massacre, d’autant que le suspect a la bonne idée de se suicider dans sa cellule. Mais c’est compter sans ces mystérieux hasards qui placent sur le chemin d’une juge en petite forme physique la découverte de la mort de personnes qui ont un lien avec le passé de sa mère.
D’abord simplement curieuse, la juge Roslin découvre de mystérieux carnets qui relatent le destin d’un ancêtre de certains morts, un de ces suédois parti en Amérique chercher fortune et gloire et qui découvrit les joies de l’oppression des plus faibles par la grâce de la construction du chemin de fer, véritable fer de lance du capitalisme le plus débridé.
Le destin de cet ancêtre suédois croise celui de jeune chinois partis eux aussi chercher fortune ailleurs et tombés sur la pire vermine qui soit, le trader de vies humaines, crapules qu’on retrouve aujourd’hui dans les jolis bureaux de diverses capitales jouant avec la nourriture de milliards d’individus. Les ordures ont la vie dure.
Cette rencontre va marquer le destin de tous. Le bourreau d’un jour laisse un chemin de feu dans l’âme de ses victimes et cette terrible voie croise un jour le sabre de la main du destin.

C’est dans ce maelström que la juge Roslin va se retrouver happée, un périple entre temps et espace où la vie est aussi fragile qu’une plume posée sur le fil affuté d’un sabre. Ce périple est passionnant et mené avec un art consommé par l’auteur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s