Dominique Barthélemy – Nouvelle histoire des capétiens 987-1214 – Seuil Histoire

http://www.amazon.fr/Nouvelle-histoire-cap%C3%A9tiens-Dominique-Barth%C3%A9lemy/dp/2020851636/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1363174077&sr=8-1
L’histoire médiévale connait un joli coup de jeune avec une génération d’historiens qui reprennent et modifient les 51-D13iWhoL._SL500_AA300_ prismes d’analyses des grandes questions de la période. Mathieu Arnoux a ainsi repris le travail sur le troisième ordre de la féodalité pour un essai passionnant sur les « Laboureurs » qui décrit la « révolution » agricole de l’An 1000 comme la résultante de changements sociaux. Dominique Barthélemy lui prend le contre pied d’une longue tradition décrivant l’accession au pouvoir royal de la dynastie capétienne comme la première étape vers l’instauration d’un pouvoir royal fort en France, pour mettre en avant une société féodale dynamique dont les soubressauts accompagnèrent paradoxalement les mouvements des autres pans de la société féodale: dans les villes, dans les fiefs et dans les monastères. A certains égards, cet essai retrouve les accents que les amateurs de grandes gestes médiévales découvraient en lisant les aventures de Gaston Phébus, les relations sont souvent beaucoup plus complexes que nos schémas ne le souhaiteraient. Une bonne leçon d’histoire.
L’un des axes intéressants de l’essai est de montrer que l’idée reçue selon laquelle le roi et l’église aurait été les garants de la sécurité des paysans est moins simple qu’on ne l’a appris. On découvre ici que les capétiens n’ont pas régné sans partage mais qu’ils ont dû affronter les barons et jouer les systèmes d’alliances pour protéger et péreniser leur domaine (pas très grand si on le compare aux domaines normands ou aquitains)
En trois cents ans, la France se couvre de cathédrales et de chateaux tandis que les laboureurs défrichents de larges zones de forêts pour développer une large frange agricole. On présente souvent cette période comme une longue succession de crises et de violence avec l’Eglise en garante de la paix civile et les rois tentant de mettre aux pas les princes et les barons, mais on oublie que le système féodale est d’abord un système d’entraide et de sociabilité où si la violence est présente, elle n’est pas un risque de destruction de la société, plutôt la preuve d’une société en pleine mutation où les alliances se font et se défont mais où tout le monde est conscient de la nécessité de maintenir des liens forts.
Certes la vie est plus simple quand on est prince du sang que lorsqu’on est serf attaché à sa terre et peinant sous le joug de l’arbitraire des saisons et des jeux des puissants. Mais cela n’est en rien une spécificité de la période médiévale et cette période capétienne voit le droit se glisser dans les rapports entre vassaux et seigneurs à tous les niveaux. Dans les villes, les communes conquièrent, dans la douleur parfois, des libertés qui leur permet de faire tourner une économie lancée à pleine vitesse par le grand élan architectural et rural.
Entre Hugues Capet et Philippe Auguste, trois siècles de profondes mutations et d’adaptations et de mutations se déroulent à l’ombre des cathédrales et des chateaux qui couvrent le royaume. Une société féodale où chacun comprend vite l’importance de l’entraide. Certes les règles mises en place par l’Eglise et par le pouvoir royal ne permettent pas au troisième ordre d’atteindre les deux premiers, mais même si les serfs sont la variables d’ajustement de tous les conflits, personne n’ignore que sans eux il est impossible aux deux autres ordres de survivre. Des lois se mettent en place qui protègent autant que faire ce peut l’intérêt de chacun. On verra à partir de la Renaissance que la bourgeoisie saura jouer sa carte avant que la société s’oublie dans un délire de dépenses qui provoquera la chute du système. L’hybris est toujours ce qui perd les avaricieux et les avides…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s