David Vann – Impurs (trad. Laura Derajinski) – Editions Gallmeister

couv rivirehttp://www.gallmeister.fr/livre?livre_id=547
J’ai failli passer à côté, tant j’avais été déçu par le précédent, cette Désolation qui m’avait laissé tout à fait désolée, mais guère passionnée. Comme quoi, il faut toujours garder en mémoire sa première (bonne) impression. Car avec Impurs c’est le Vann de Sukkwan Island qui fait son grand retour. Un roman torturé et mal sonnant où les familles sont un détestable trou noir où grouillent une humanité d’une fascinante laideur.
Un fils et sa mère vivent dans la maison familiale. Galen le fils aime la littérature et la méditation. Il est gentil et délicat, le pur produit d’une mère qui l’entoure et l’isole du reste d’un monde qu’elle n’apprécie guère. Mais ce refuge est aussi une prison où les barreaux sont renforcés par le silence et les mensonges et demi-vérités d’une femme qui a conçu un monde idéal pour y enfermer son fils et sa folie.
Mais ce joli monde va voler en éclat lorsque la soeur et la nièce de la mère de Galen vont débarquer. Sans bien comprendre pourquoi, Galen voit que les soeurs se détestent et que pire encore sa tante le déteste, sans qu’il puisse comprendre pourquoi. Sentiment d’autant plus injuste que sa tante et lui ont été proches, qu’elle lui a apprès des jeux et des moments d’insouciance qu’il n’a jamais vraiment connu auprès de sa mère. Il ressent également l’hostilité de sa cousine, une hostilité perverse, car la jeune fille, Lolita perverse, cherche à lui faire perdre la tête..et y parvient.
Dans ce monde de femmes malheureuses où les non-dits et les mensonges ont fini par tordre les relations maternelles et filiales, la folie va s’insinuer petit à petit. Dans une cabane qui fut un jour le lieu de moments privilégiées, trois générations de femmes vont se déchirer: la grand-mère qui oublie tout et est désormais l’hôte malheureuse d’une maison de retraire, la mère de Galen, qui seule semble avoir un certain équilibre. Sa soeur et sa nièces lancées dans une campagne de dénigrement et de destruction dont le but ultime est d’obtenir un héritage dont elles se sentent flouées. Galen en observateur attentif, va, sans le vouloir être le déclencheur de la déflagration à venir.
Impurs est le roman de la folie que certaine famille distille dès qu’il est question d’argent et de jalousies. Le seul homme de la famille est pris en otage par sa mère d’abord, par sa tante et sa cousine ensuite. Incapable de comprendre les enjeux, il se retrouve totalement pris au dépourvu par la réaction de sa mère.
La cruauté de Vann s’exprime ici avec le même art que dans Sukkwann Island. Impossible de lâcher les pages de l’inexorable chute de la famille de Galen. L’impureté se glisse dans chacun des membres de cette famille pour saper tous les liens familiaux. La folie peut alors prendre sa place, reine mère de tous les mensonges. Un très bon roman sur ces mondes détestables que peuvent être les familles.

A lire l’interview dans le magazine Transfuge

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s