Nicolas Le Roux – Le Roi, la Cour, l’Etat, de la renaissance à l’absolutisme – Epoques Champ Vallon

9782876738744FShttp://www.decitre.fr/livres/le-roi-la-cour-l-etat-9782876738744.html

De la renaissance on ne retient souvent que les jolis tableaux de nos amis italiens, les inventions du sémillant Leonard et les guerres de religion. On connaît la Saint Barthélémy, la bataille de Marignan et la mode de la décollation à la cour d’Henry VIII. On sait moins que cette période pour traversée et périlleuse qu’elle fut, a été, en France, celle de l’avènement de l’absolutisme. De François 1er à Louis XIII, le XVIè et le XVIIè siècles voient s’affronter des théoriciens autant que des hommes d’armes et au prix de l’assassinat de deux rois, l’émergence d’un roi entourée de sa cour, loin de ses sujets, dont les décisions ne peuvent en aucun cas être remis en cause sous peine de mort. Le tournant de la renaissance c’est la fin d’une féodalité triomphante et d’un roi contraint de jouer les alliances, et l’avènement d’un roi qui fait les hommes et les défait, loin des champs de bataille.
Les choses pourtant ne commencent guère sous les meilleurs auspices pour les derniers Valois. Les tenants de la religion réformée provoquent partout en Europe de profondes divisions chez les princes comme chez les populations. En fonction des choix des princes, le sang coule à flot dans l’un ou l’autre camp. A la vision prophétique des protestants répond la vision eschatologique des catholiques et chacun y va de bon coeur pour écraser la bête impie.
Dans cet essai stimulant et passionnant, Nicolas Le Roux nous propose un voyage dans la monarchie française dans cet entre-deux où les esprits échauffés accouchent de textes parfois brillants, le plus souvent terriblement violents. Chaque camps trouve dans le libelle un formidable moyen d’expression. La chose écrite permet de répandre les idées à une vitesse jamais égalée jusque là.
Des usages de la cour comme mise en scène de la noblesse et prise de contrôle progressif par la monarchie, à l’exercice du pouvoir en évolution rapide de François 1er à Henri III, à l’accession au pouvoir d’une nouvelle maison, les Bourbons qui va poser définitivement les bases de l’absolutisme, l’historien nous propose une plongée dans la complexité d’un monde où la violence inter-religieuse atteint un paroxysme avec l’assassinat de deux rois. Un essai qui se lit comme un roman.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s