Cinéma – L’écume des jours

L’écume des jours – le film

Aller voir l’adaptation d’un roman du curieux Boris Vian à Saint Germain des Prés, c’est tout de même du dernier chic. Et la salle était raisonnablement pleine pour un dimanche après midi d’hiver en avril. L’histoire simple, de l’inexorable chute des amoureux dans les affres d’une destinée tragique est mise en scène avec la dose de surréalisme et de fantaisie qui sied autant à l’oeuvre qu’au réalisateur Michel Gondry. Le tout accompagné de ce jazz délicieusement loufoque tellement aimé par l’auteur du roman.
L’écume des jours, c’est la fin des rêves, la rencontre avec la réalité et la désespérance du quotidien. Après Jacques Perrin et Annie Buron, c’est au tour de Romain Duris et Audrey Tautou de s’affronter au couple mythique Colin et Chloé, dans un Paris foutraque où le dieu en vogue s’appelle Jean Sol Parthe et où les jeunes filles en fleur s’offrent à Saint Germain des Prés.
Le réalisateur se délecte visiblement à jouer avec des décors plus surprenants les uns que les autres et à grimer ses personnages au point de les rendre méconnaissable (amusez vous à trouver Philippe Torreton…). Des inventions étranges et délirantes transforment le quotidien en une aire de jeu pour geek jazzy.
On se laisse prendre à cette belle histoire d’amour qui se finit mal comme toujours, et on ressent durement le rappel de Boris Vian quant à la vanité du bonheur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s