Cinéma – La vie domestique

Ce film est une merveille et Emmanuelle Devos une pépite brillant de tous ses feux dans notre petit cinéma hexagonal. Une Vie Domestique ou la lente et inexorable chute de la Femme vers la femelle désespérée et misérable. Malgré l’intelligence, les conquêtes sociales et politiques, le mariage est un piège dans lequel nous nous abimons toutes un jour ou l’autre, auprès de ses gentils maris qui travaillent sérieusement, qui sont progressistes, enfin certains, mais qui nous rappellent avec constance que nous sommes chiantes, aigries, inhumaines, froides, trop ceci, pas assez cela et surtout insatisfaites.

Oui insatisfaites. Et comment ne pas l’être quand l’horizon se charge de couches, de jouets d’enfants, de mauvais gâteaux et de pitoyables chèques pour la cantine. Quand chaque matin après avoir déposé nos chères têtes blondes à l’école, échangez des paroles anodines pour ne pas dire sordidement sans intérêt autour d’un quotidien désormais absurde. Puis nous marchons la tête dans les nuages, imaginant la vie d’avant ou une autre vie, riche d’imprévus où le travail, n’importe lequel serait préférable à ces usantes habitudes. Mais on sait nous rappeler vite, très vite que nos rôles de mères, de reines du foyer, d’âme du couple ne sauraient être dépassés.

On entend la condescendance dans les propos de nos compagnons, ces chers compagnons, plus collants que des chiens, plus maladroits que des enfants, plus grossiers que bien des abrutis lourdauds croisés dans les rues. Le mariage montre le pire de chacun, et dans ces petites banlieues bourgeoises où l’on vomit les pauvres et les femmes sous couvert de « progressisme », on découvre l’univers étroit, chaque jour rétréci de la vie d’une femme.

Quel film ! quelle leçon de cinéma, ces mouvements de caméra qui captent le néant avec beaucoup de finesse et une profondeur qui laisse éclater le désespoir et la colère rampant dans le cœur des femmes. Oui, nous en avons conquis des univers, mais nous sommes toujours ces femelles stupides accrochées, désespérées, à nos misérables mariages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s