Cinéma – Gravity

Il faut saluer la performance technique de ce film qui est bluffant à tous les niveaux. La 3D comme cela a été dit partout est tout à fait nécessaire et les sensations de détresse et de solitude sont à la hauteur de toutes les attentes. Le souci c’est qu’un film ne peut se résumer à une succession de prouesses techniques, ne devrait pas en tous cas, et malheureusement dans le cas du film d’Alfonso Cuaron ce n’est que cela. La vacuité de l’histoire est abyssale et le silence de mort du scénario est à la hauteur du silence de la grande nuée qui occupe notre espace.

Georges Clooney joue les BG (beaux gosses) utilitaires, le bon gars courageux qui écoute de la country en racontant ses histoires d’ancien combattant à l’orée d’une retraite apparemment bien mérité; On a également un scientifique sauteur au bout d’une corde, affublé comme il se doit d’un bon accent indien, un pays à fort potentiel l’Inde. Enfin on a la scientifique paumée, première mission, nauséeuse et malheureuse chose qui a perdu sa fille dans un tragique accident.

Bien évidemment l’acmé du film est cet attaque de déchets provoqué par une erreur des russes – il faut juste savoir comme le rappelait un astronaute français que ce sont surtout les américains qui sont adeptes de ce genre de plaisanterie mortifère qui répand des débris à haute capacité destructrice dans notre proche espace. Bref les ricains toujours gentils, les autres toujours méchants mais dans la réalité c’est toujours les mêmes qui font les conneries. Ensuite on a la longue, très longue marche de la scientifique vers la survie, avec rebondissements qu’il faut mais aussi débilitante introspection spectrale.

Je pourrais déflorer la fin tellement elle est attendue, mais par respect pour ceux qui voudraient aller s’en faire mettre plein les mirettes, je me contenterai de dire qu’elle est puante et grotesque. Bref, techniquement très bon, histoire sans intérêt.

Publicités

2 réflexions sur “Cinéma – Gravity

  1. Plutôt d’accord : un récit sans intérêt au symboles faciles. Du méta sans intérêt et une histoire d’enfant ridicule. Comme je l’explique ici http://bit.ly/17BMjMQ tout est fait pour en mettre plein les yeux. Mais Gravity oublie le coeur. Ou est l’émotion ? Une déception.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s