Cinéma – American Bluff

Dans les années 70, un couple de petits malfrats se trouvent alpagués par un jeune loup de la bande à Hoover et fortement incités à mettre leurs talents au service de l’Oncle Sam. Le réalisateur nous emporte alors dans un tourbillon de faux semblants et de miroirs aux alouettes où les pièges surgissent où on ne les attend jamais. Pendant plus de 2h, le spectateur se perd dans ce jeu de dupes et prend plaisir à voir les gentils méchants finir par subvertir l’outrecuidance du serviteur du bien. Car le film n’hésite pas à montrer les nuances multiples d’un monde où les vrais méchants sont parfois moins roublards que les supposés gentils, et où un politicien peut parfois jouer avec les lignes pour le bien de ses administrés. Qu’on est loin des jugements à l’emporte-pièce de notre époque furieusement réac.

Les acteurs se fondent dans leur rôle avec beaucoup de grâce, Amy Adams est renversante et la jeune Jennifer Lawrence montre la finesse de son jeu. Bradley Cooper cabotine et Christian Bale est délicieux. On rit beaucoup notamment de ce FBI si facile à chambouler, et on se délecte avec des dialogues finement ciselés.

L’esthétique du film est parfaite, on se plait à s’imaginer la formidable liberté que les femmes pouvaient ressentir avec ses robes et chemisiers aux tissus légers sur un peau libérée des sangles pudibondes. La bande originale du film nous replonge également dans cette atmosphère de liberté qui avait alors le pas sur tous les pisse-froid.  A ne pas rater…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s