Ben Lerner – Au départ d’Atocha (trad. Jakuta Alikavazovic) – Editions de l’Olivier

108963_couverture_Hres_0Un roman très surprenant à la première personne, dans lequel l’auteur nous plonge dans l’abîme d’un art d’écrire. L’art comme finalité de la vie ou la vie comme notes éparses dans la création littéraires, le narrateur de Ben Lerner semble tiraillé entre les deux. A moins que l’erreur du non-écrivant soit justement de penser que les deux propositions sont distinces alors que l’auteur lui sait passer de l’une à l’autre avec beaucoup de souplesse. Toujours est-il que ce roman nous promène dans les aventures rocambolesques et triviales d’un jeune américain parti chercher la gloire littéraire et sociale à Madrid et découvrant finalement surtout un moment où les règles et les normes se nuancent à l’infini de l’expérimentation.

Adam Gordon, poète en devenir de son état, profite de son statut de résident à Madrid pour expérimenter les drogues, les femmes et la sociabilité madrilène. Il déambule dans la ville au bras de ses conquêtes et puisque son art ne semble pas encore assez fort pour lui assurer l’admiration de ses amoureuses, il choisit de recréer certains épisodes de sa vie. Ainsi pour faire oublier ses rêveries sous acides incompréhensibles en société, il parle de la mort de sa mère et du fascisme de son père, certains ainsi de trouver des bras et des épaules charitables sur lesquelles épancher un chagrin imaginaire.

Mais n’est pas menteur qui veut, et le voilà bientôt pris au piège de ses mensonges et obligé d’en inventer de nouveau, nourrissant ainsi sa vie réelle d’une foule de détails fantasques. L’art et la vie intimement mêlées ou bien le mensonge comme acte créatif, Adam ne sait plus vraiment, mais il trouve un plaisir narcissiques pervers à se jouer ainsi de ses conquêtes et de lui-même. Mais dans ces temps de terreur aveugle, les évènements dramatiques finissent toujours par s’imposer à la douceur de vivre et dans ce climat d’horreur, Adam doit choisir entre son petit narcissisme et le soutien à apporter aux amis.

Un roman à la fois cruel et délicat sur l’art de devenir un être humain et un créateur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s