Murielle Gaude-Ferragu – La Reine au Moyen-Âge, le pouvoir au féminin au XIV-XVè siècle – Tallandier

9791021002654Un essai très intéressant de l’historienne et spécialiste du pouvoir et de ses représentations Murielle Gaude-Ferragu dans lequel elle rend enfin une place historique et plus seulement romanesque aux reines de la fin du Moyen-Âge. En trois parties bien étayées, elle aborde tous les moments de la vie d’un Reine et montre que l’évolution n’est pas linéaire, mais dépend bien sûr de la personnalité du Roi, premier prince de l’état très chrétien, de la personnalité de la femme qui voit son destin uni à celui du prince, futur ou déjà Roi et aux circonstances particulièrement traversées en ces temps de guerre étrangère et intérieure. Le royaume de France n’est pas encore l’Etat centralisé et soumis au pouvoir royal qui fera les beaux jours des Bourbons, mais on voit depuis plusieurs décennies déjà, se mettre en place une unité du royaume et une volonté de voir le Primus inter Pares prendre définitivement le pas sur les princes très avides de terres et de pouvoir. C’est dans cet environnement traversé que l’historienne analyse le destin des reines qui ont plus ou moins marquées leurs temps.

Tout commence comme un mauvais conte de sorcière. Philippe IV le Bel qui vient de perdre son épouse et reine très appréciée par ses sujets, Jeanne de Navarre, se trouve confronté à un formidable scandale, qui ferait pâlir d’envie les paparazzi hollywoodiens. Les trois belles-filles du roi, dont l’une n’est autre que la future reine de France sont convaincues d’adultère. Maurice Druon a largement décrit ce coup de tonnerre dans le ciel au lys d’or ainsi que les conséquences qui en découlèrent, notamment la reprise de la guerre avec le voisin anglais. Sur un plan juridique, puisque ce crime met en péril la transmission du royaume par voie masculine, les juristes du roi et de ses successeurs vont se démener pour éviter que le royaume ne tombe en quenouille et qu’une Reine ne puisse être appelée à régner. Une vieille loi franque, la loi salique sera exhumée des poussières de l’Histoire pour faire du Royaume Très Chrétien une royauté purement masculine.

Pour les reines, le message est très clair, elles sont les porteuses de la dynastie, sont des pacificatrices en cas de conflit, doivent par leur sagesse et leur affection soutenir en toutes circonstances leur époux royal, être des protectrices des humbles et du peuple et représenter sur terre la sagesse mariale, mais jamais elles ne seront les maîtresses du royaume. Même en cas de maladie ou d’empêchement du roi, elles ne seront pas seules à gérer le royaume et devront s’appuyer sur un conseil nommé par le roi. Ainsi l’exemple de la Reine Isabeau, épouse de Charles VI, atteint depuis 1393 de crises de folie, passera d’une influence à une autre, sans être jamais totalement indépendante dans ses choix.

Cependant si la Reine de cette fin de Moyen-Âge ne bénéficie pas de l’autorité royale, son rôle est suffisamment marquant pour que des juristes et des « philosophes » se penchent avec constance sur leur rôle. Les miroirs aux princesses et aux reines à pour but premier de mettre en avant les nécessaires qualités morales d’une Reine, on définit également les rôles juridiques avec une mise à plat du rôle de la régente pendant la minorité d’un futur roi et on associe l’épouse dans l’éternité de la mort, dans de magnifiques gisants conservés dans la cathédrale de Saint Denis.

Au final, un portrait contrasté de cette Reine médiévale qui est comme toutes les femmes du temps sont mineures et soumises au pouvoir temporel et spirituel, mais qui dans leur rôle de mère et d’intercesseur prennent une place qui sera de plus en plus prégnante avec la Renaissance et la période contemporaine. De la bel ouvrage d’historienne.

Sur le site de l’éditeur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s