Cinéma – 96 heures

Un bon vieux polar à l’ancienne, avec du flic au regard de glace, du truand au regard assassin, des brutes, des méchants, de la donzelle aux longues jambes en détresse et de la fliquette pleine d’alan. Pas de quoi se relever la nuit et surtout l’impression tenace d’avoir fait un saut dans le passé quand Delon faisait l’oeil de plomb, mais c’est honnête et sans prétention. Schoendoerffer fait ce qu’il connait, ni plus, ni moins.

En tant que spectateur, on assiste sans passion particulière, ni dégoût à l’affrontement de Lanvin et d’Arestrup. On regarde les truands se comporter comme des truands et le flic se comporter comme un flic. On se laisse surprendre par le coup de gueule et la violence et on finit par se douter que le flic et la fille du trauand file le parfait amour.

A réserver pour une sale journée de froid et de pluie, sinon la télé fera très bien l’affaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s