Carolyn Niethammer – Filles de la Terre (trad. J&A Deschamps) – Albin Michel / Terre Indienne

9782226089168mUn essai publié en 1977 dédié à la vie des femmes amérindiennes avant que leurs existences et leurs mémoires soient fracturées par la colonisation occidentale. L’auteure, journaliste, passionnée par les cultures des premiers habitants du territoire, se penche avec beaucoup d’intelligence sur la vie de ces femmes de la naissance à la mort, en passant par la religion, les loisirs, le travail et la guerre. Une histoire d’autant plus complexe que ces cultures sont d’abord de tradition orale et que l’Histoire de ces femmes n’ont guère intéressé ni les colons, ni les historiens. C’est donc grâce à des sources disparates mais également grâce aux témoignages d’amérindiennes contemporaines que Carolyn Niethammer a pu réalisé cet ouvrage passionnant.

L’Histoire américaine a, vis-à-vis des premiers habitants du continent, adopté la posture du vainqueur face au vaincu: la propagande a fait son travail de sape pour transformer des cultures diverses en une unité de sauvages soumis et enfermés dans des espaces où ils ont enfin appris la civilisation. Le cinéma hollywoodien a largement soutenu et enraciné l’image du sauvage peinturluré et de sa squaw. Derrière l’image d’Epinal et grâce au travaux des anthropologues et aux témoignages des indiennes contemporaines, Carolyn Niethammer est allée chercher une réalité complexe où chaque tribu trouve sa place et ses spécificités.

On ne vit, aime, peine, travaille et meurt pas de la même façon sur la côté Est et sur la côté Ouest, dans les grandes plaines ou dans les zones désertiques. L’image de la Femme, devient l’image des femmes, une riche palette d’organisation sociale et culturelle qui montre la diversité des ces populations sédentaires, nomades ou semi-nomades. Certaines vivent dans des sociétés assez libres où elles peuvent trouver une place de choix, d’autres doivent faire face à un lourd poids des tabous et des règles. Pas de grande société matriarcale dominante, ni de société machistes, mais des cultures souvent adaptées à leur environemment plus ou moins favorable.

Pour étayer son propos, la journaliste n’hésite pas à utiliser les sources indiennes, les contes et légendes qui façonnent ces sociétés de l’oralité. On comprend ainsi mieux la complexité des histoires amérindiennes. Un bel hommage et un travail pionnier dans la grande Histoire des Femmes qui depuis plusieurs décennies maintenant permet de sortir la moitié de la Humanité de sa zone d’oubli. C’est également une excellente introduction à l’Histoire des amérindiens avant la conflagration avec l’homme blanc.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s