Cinéma – Locke

Un film formidable et un jeu d’acteur impeccable, seul, pendant 1h30, face à l’asphale et à la technologie téléphonique. Steven Knight réalise un petit bijou d’humanité et d’intelligence servi par une mise en scène qui allie à la fois une extrême simplicité de photographie et une grande complexité de jeu.

Ivan Locke est un chef de chantier respecté par son entreprise internationale. Il est père de deux garçons et l’heureux mari de Katrina et possède une voiture digne de tous les éloges. Bref un homme sans histoire, et sans grand intérêt, car le bonheur n’offre aucune aspérité. Dans sa voiture, cependant, sur le chemin qui semble celui de son retour à la maison, la tension monte d’un cran lorsqu’il annonce qu’il ne pourra être présent lors d’une livraison capitale. Lui le chef de chantier parfait ferait faux bon en un jour historique pour l’entreprise. Ce premier coup de fil est suivi d’un second à son fils, enthousiaste à l’idée de partager une soirée football avec son père et le reste de la famille. Enthousiasme à peine douché lorsque son père lui annonce qu’il ne rentre pas immédiatement. Les éléments dramatiques se mettent en place, le drame peut commencer.

Pendant 1h30, Ivan Locke va passer son temps à dialoguer avec tous ceux qui occupent des positions clés dans sa vie. Il va tous les décevoir les uns après les autres. Entre chaque appel de plus en plus difficile, de plus en plus dramatique, la vie d’Ivan se disloque, tandis qu’il se lance dans un dialogue imaginaire avec son père mort. Une tentative désespérée pour échapper à la malédiction paternelle, une volonté de fer pour remettre dans le droit chemin de sa petite vie tranquille tout ce qu’il est possible.

Le spectateur est d’abord bercé par le rythme de la route, par les échanges téléphoniques un peu fébriles, puis son attention se porte toute entière, sur cet homme résolu à préserver sa vie et ses acquis. Pour cela, derrière le volant de sa jolie voiture, il organise, guide, ordonne la livraison du lendemain. Il tente également de soulager la détresse de cette femme, maîtresse d’un soir qui doit donner naissance à l’enfant qui fait exploser en vol sa parfaite petite famille. Il tente de sauver sa famille dans des coups de fils frénétiques avec sa femme et affectueux avec ses fils. Un homme à la dérive, accroché comme un forcené à la bouée de sauvetage qu’est cette technologie téléphonique qui le maintient en lien avec tout le reste. Superbe.

Petite remarque en forme de blague, au regard du remarquable fonctionnement du système téléphonique embarqué, on pourrait classer ce film dans la catégorie « science fiction » 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s