Marc Ferro – L’aveuglement – Tallandier 2015

sur le site de l’Humanité

Un essai d’une redoutable efficacité sur notre histoire contemporaine et nos rapports avec la réalité. Comment des interprétations erronées et aveuglées par trop de certitudes ont provoqué des crises répétées qui résonnent encore aujourd’hui? Marc Ferro débroussaille un domaine historique peu défriché en France comme ailleurs. Et pourtant, au regard des quelques exemples pris ici, le travail ne manquerait pas. Que ce soit par le biais de témoignages, du cinéma, des médias d’information et des récits politiques, l’historien analyse l’aveuglement individuel et de masse qui provoque des réactions en chaine souvent calamiteuses.

1540-1

Certains pourront reprocher à l’auteur de faire une Histoire à postériori et donc de pouvoir à peu de frais jugé des bons et des mauvais élèves de l’analyse des situations. Mais ce préjugé cède très vite devant la pertinence des analyses. Si son premier chapitre se nomme « L’inattendu, ces nébuleuses qui font l’Histoire », on découvre très vite que cet inattendu est d’abord le résultat d’une incapacité de garder loin, de se positionner un peu hors du champ des « évidences », de se départir des idées reçues et des œillères. Et c’est ce qui ressort de cet essai. Nous sommes aveuglés par nos certitudes, par notre incapacité presque naturelle à nous étonner, à nous questionner, à déciller notre regard. Ils sont rares ceux qui comme Charles de Gaulle ou Winston Churchill de comprendre dès les années 20 du danger représenté par le petit caporal autrichien aigri et haineux. Et cela n’empêche pas le même Charles de Gaulle de ne pas voir venir la fin de la relation avec l’Algérie, pas l’indépendance mais la rupture brutale des relations qui s’ensuit et le retour paniqué des pieds noirs. Pas plus qu’il ne voit venir la crise étudiante de 1968.

Ce qui est fascinant dans cet essai c’est que cet aveuglement n’est pas seulement le fait des appareils d’Etat ou des individus plus ou moins connus de la grande Histoire, les masses sont elles aussi aveuglées par les images et les idéologies qu’on leur sert. Les allemands pavoisant en 1918 persuadés avoir gagné la guerre au moment où leurs chefs signent le terrible Traité de Versailles. Et le résultat des cet aveuglement, l’incompréhension bientôt suivie d’amertume puis de colère lorsque les termes du traité sont appliquées avec brutalité par les vainqueurs sur des populations civiles qui n’ont pas connues les affres de la guerre sur leur sol.

L’historien accorde une large place à l’émergence récente d’un Islam politique d’origine arabe, qui semble de plus en plus menaçant. Il aborde sans hésitation le sujet qui fait mal à nos démocraties, peut-on vraiment imaginer que ces générations de musulmans dont le dogme s’est radicalisé à la suite des interprétations réactionnaires et ultra proche du texte, peuvent accepter de laisser une partie de leur croyances pour se fondre dans le grand tout occidental. Au cours des dernières les occidentaux se sont aveuglés sur le danger représenté par ses chefs dogmatiques et les masses oscillant entre enfants des pays arabes en colère contre les élites politiques trop occidentalisées et contre le modèle occidental jugé destructeur des valeurs islamistes. Islamiser la modernité devient ainsi un gage de foi. Regarder cette réalité en face n’empêche pas de voir la progression des mariages mixtes, des pratiques religieuses moindres.

Il y a bien sûr une large part accordée à l’aveuglement crée par le racisme et l’antisémitisme. Et le moins qu’on puisse dire c’est que ces aveuglements sont largement répandus en Occident comme ailleurs. Le nouvel antisémitisme arabe hérité de la création d’Israel et des victoires de l’Etat hébreux sur les armées nationalistes arabes fait écho au vieil antisémitisme de droite et à l’antisémitisme d’une ultra gauche qui a fait sienne les vieilles lunes associant argent et juif. Le racisme lui est associé à la colonisation européenne: massacres de masses commis par les allemands au début du XXè siècle préfigurant les massacres de masses des arméniens par les Jeunes Turcs et la Shoah. Mais c’est bien sûr dans la gestion de la fin des empires anglais et français que ce racisme provoque l’aveuglement des élites et des peuples colons devant l’intelligence et les capacités des colonisés à comprendre comment se débarrasser de leurs anciens maîtres.

L’aveuglement, le propre de l’homme et des puissances semble-t-il. Et au regard de ce que nous voyons aujourd’hui un tome 2 sera sans doute nécessaire… Entre la crise climatique qui est officiellement prise en compte, mais sur laquelle l’aveuglement semble aujourd’hui criminel, la crise économique et la crise systémique sur lesquelles les erreurs d’appréciation sont parfaitement documentées mais qui sont pourtant répétées à l’envi depuis le début du XXè siècle, et la crise religieuse et sociale qui prépare un affrontement nord/sud mais également interne entre très riches et très pauvres, le moins qu’on puisse dire c’est que notre siècle ne semble pas être celle de la sagesse universelle.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s