Claudio Magris – Vous comprendrez donc (Jean et Marie-Noëlle Pastureau)- L’arpenteur

Une interprétation contemporaine du mythe d’Eurydice dans laquelle la parole est à la femme. Une femme aimante, aimée, emportée par une de ces maladies dont on sait qu’elles volent le temps et laisse la blessure d’amour toujours suppurante. Une femme qui s’adresse à un « Président », avatar d’Hadès, auprès duquel elle plaide, non son retour auprès de l’homme aimé, venu la chercher au fond des enfers, mais sa décision de rompre le silence et de sacrifier ainsi l’étrange cadeau.

product_9782070786442_195x320Elle plaide sa décision de ne pas rejoindre l’homme aimé, être fragile, qui semble d’abord incapable de se remettre de la mort de son épouse, elle plaide pour la liberté de l’homme aimé, pour l’amour délivré de la peine et du chagrin.

Le monologue s’adresse à la fois au « Président », mais aussi au mari vivant. Elle raconte ainsi la passion amoureuse, avec ses grandes envolées mais surtout ses petits moments entre grâce et trivial. Et ce court texte devient une déclaration d’amour à l’amour réel, l’amour vivant, l’amour délivré du fantasme. Il s’incarne dans les mots de la morte, plus vivante et vibrante que bien des vivants.

Un texte d’amour rare et magique, à lire et à partager….

Sur le site de l’ Arpenteur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s