Claudio Magris – Microcosmes (trad. Jean & Marie-Noelle Pastureau)- L’arpenteur

cvt_Microcosmes_2525Il y a des auteurs dont on voudrait adorer tous les livres. Parce qu’il parle bien, parce qu’ils sont cultivés, brillants, drôles, aimables et si merveilleusement intelligents. Mais parfois certains livres vous restent étrangers, impossible d’y entrer et d’en faire des pages amies. La lecture devient laborieuse, ennuyeuse et ennuyée, vaguement coupable aussi car on sent bien qu’on devrait aimer.

C’est ce que j’ai ressenti avec Microcosmes. Ce voyage dans la géographie magrisienne devrait être agréable car il est érudit et divers, mais on reste loin, passager clandestin témoin sans jamais pouvoir devenir acteur de cet imaginaire et de ces expériences. On rencontre des acteurs locaux, des histoires anciennes, des héros et des monstres, des chasseurs et des rêveurs, mais tous nous échappent, perdus au fond des bois, du café, en haut d’une montagne ou au fond d’une lagune.

Beaucoup de regret car je sens que je passe à côté de quelque chose d’élégant, mais la magie ne prend pas et je suis restée au bord de ces routes étranges…..

Sur le site de France Culture

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s