45 ans

Nous avons souvent la tentation de vouloir tout connaître du passé amoureux de la personne avec laquelle nous vivons. Nous pensons que ces histoires ne nous affecterons pas vraiment, mais qu’elles nous permettront de nous prouver que nous avons été choisi finalement, l’ultime choix, le choix réel, le seul amour. Puis, par un concours de circonstances étranges, nous découvrons que les choses auraient pu être autre. Que cet autre qui nous accompagne, que nous croyons connaître comme nous même, aurait pu faire des choix nous laissant hors champ. Nous sommes alors confrontés à cet part d’ombres en nous, ce mouvement égotique qui nous rend imperméable au réel pour ne plus être qu’une créature de nos fantasmes et de nos peurs.

C’est pour moi le magnifique et terrible sujet de ce très grand film signé Andrew Haigh, réalisateur britannique qui offre à Charlotte Rampling l’un de ses plus beaux et terribles rôles. Celui de la femme qui n’est pas bafouée par le réel mais par la colère de n’être pas l’unique. Grandiose.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s