Préjudice – Antoine Cuypers

Antoine Cuypers nous livre un film particulièrement éprouvant dans lequel une Nathalie Baye glaçante et un Arno perdu s’affronte autour de leur fils qui semble souffrir d’une sorte de maladie mentale, retard de développement, forme particulière d’autisme, trouble de l’attachement, bref le spectateur sait que quelque chose ne va pas, mais rien ne viendra lui donner une réponse définitive sur le pourquoi du comment. D’où l’intense malaise.

S’agit-il d’une forme particulièrement perverse de mauvais traitement avec la complicité des deux autres enfants « normaux » du couple? S’agit-il d’une adaptation malhabile d’une famille en rupture face à un enfant différent? J’ai passé tout le film à me poser la question et ne suis parvenue à aucune conclusion fixe.

Une chose est certaine la mise en place est très efficace, créant ce malaise dans cette forme de huis clos familial. Les acteurs sont remarquablement dirigés et prennent chacun leur place dans ce drame familial qui rappelle par certains aspects le cinéma de Chabrol. Thomas Blanchard qui incarne Cédric, l’enfant malade et furieux devenu adulte mais maintenu dans une dépendance totale, est formidable, et totalement effrayant.

Un film qui s’inscrit donc cette longue histoire du cinéma où la famille est un enfer dans lequel certains tirent leur épingle du jeu tandis que d’autres se fracassent sur la violence de ce modèle nucléaire où tout se cache derrière les jolis murs et les jardins proprets des maisons bourgeoises.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s