Femmes et franc-maçonnerie – Yves Hivert-Messaca, Gisèle Hivert-Messaca

ob_fb11cd_messecaDepuis plusieurs décennies maintenant les femmes s’affirment et affirment leur présence dans l’Histoire. Chercheuses, politiques, intellectuelles, philosophes, poètes, artistes, elles ont pris la suite des grandes horizontales qui faisaient les délices de la petite histoire. En France, en Europe, aux Etats Unis, plus difficilement dans le reste du monde, des femmes et des hommes se sont battus pour l’égalité des droits entre les deux genres de l’humanité, puis des femmes et des hommes se sont battus pour que l’Histoire soit enfin celle de l’Humanité.

Il reste cependant un lieu où ce combat reste à mener malgré sa prétention à parler au nom de l’Humanité. La franc-maçonnerie qui a voulu poursuivre le travail des Lumières, a longtemps oublié que la moitié de l’humanité était faite de sœurs. Ou plus exactement, ces beaux messieurs si âpres à la pensée univoque, ont estimé de leurs devoirs de nous protéger, nous faibles femmes, de ce grossier travail qui consiste à mettre deux neurones en action pour en tirer une pensée dépassant le simple fait de serrer les fesses avant d’avoir chier. Un peu vulgaire? Oui mais la lecture de ce formidable essai donne de violentes poussés d’urticaire, tant les arguments de ces messieurs semblent d’une affligeante stupidité. On s’étonne peu que l’Histoire du monde n’ait pas forcément été très progressiste depuis trois siècles.

Une chose est certaine, quand on lit ceux contre quoi les femmes ont dû se battre pour être reconnue comme citoyenne à part entière, puis comme personne à part entière et enfin très récemment comme intellectuelle à part entière, on ne doute plus qu’elle représente la part le plus courageuse, la plus intrinsèquement puissante de l’espèce humaine. Malheureusement, la moitié masculine tient bon le manche de la pioche et du bâton avec lequel elle repousse les tentatives des femmes pour affirmer leur capacité pleine et entière à réfléchir et à faire jaillir de belles idées de son jus de cerveau.

En découvrant les arguments de certains maçons des siècles passés et qu’on entend encore ceux de certains maçons contemporains, on se dit que l’hystérie machiste a de beaux jours devant elle. Heureusement pour nous, la lutte s’organise et les histoires vues du point de vue des femmes, montrant la présence des femmes, leurs implications dans les luttes  et les progrès sociaux, leur volonté sans cesse réaffirmée d’être à la tête de leur propre vie et de leur pensée, on se doit d’espérer que des générations de jeunes chercheuses et chercheurs s’attelleront à la tâche et rendront aux femmes leur place en pleine lumière sous les signes de la pensée…

Sur le site de l’éditeur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s