J.M.Roberts & O.A.Westad – Histoire du monde, les âges anciens (trad. Jacques Bersani) – Perrin

Présentation sur le site de l’editeur

Enorme déception avec cette Histoire du Monde dont j’avais entendu tant de bien. Si le livre se lit très bien, il relève d’une vision de l’Histoire qui me semble terriblement datée. On a l’impression de plonger un bréviaire historique du XIXè siècle, où la dimension téléologique, la vision masculine et centrée autour des figures de pouvoir sont aujourd’hui et, heureusement, totalement dépassées notamment par le travail de l’Ecole des Annales.

9782262047160

Avant l’Histoire, la préhistoire sur laquelle les deux historiens s’attardent complaisamment pour nous livrer une vision de l’avènement de l’homme moderne qui semble tout droit sorti d’un essai anthropologique d’avant guerre. Les homininés ont un petit quelque chose en plus qui leur permet de se répandre sur la terre et de faire advenir le règne de ce charmant être humain, familial, génie de la chasse et de l’outil, artiste précoce. Une vision aussi caricaturale qui n’est gauchie que par la présence de passages sur l’évolution du climat qui sont pour moi la seule chose intéressante de cette partie.

Ensuite, c’est la chronologie classique: les grandes centres urbains autour des grands fleuves du Moyen Orient, la Chine et l’Inde. Etudes qui prennent fin avec l’avènement du christianisme, présenté comme l’aboutissement du judaïsme. Là encore, une succession de portraits datés où on retrouve les princes et maîtres. Pas un mot d’histoire sociale, peu de géographie, pas de place pour une histoire non linéaire, ce qui au XXIè siècle relève de l’exploit.

Certes les auteurs rappellent que toutes les civilisations connues du temps ont eu des liens commerciaux et que les grandes migrations ont constamment rebattu les cartes des populations mais la façon de l’aborder reste superficiel.

Quant à l’Afrique, aux Amériques et à l’Océanie, peu de mots pour dire: peu de traces donc pas d’Histoire connue. Un peu juste tout de même quand on prétend faire une histoire du monde.

Au final, l’impression tenace d’un savoir dogmatique et scolaire, dont on comprend pourquoi il a connu un tel succès dans le monde anglo saxon où le reader’s digest est une institution. Je ne suis pas certaine qu’un tel travail rencontre un succès durable chez les amateurs d’Histoire, sauf à ranger ce livre au niveau de l’Histoire pour les Nuls, un aperçu synthétique et simple sur l’Histoire générale de l’homme moderne. Ce n’est pas ce que je cherchais, donc je fais faire l’impasse sur les deux autres tomes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s