Fritz Bauer, un héros allemand – Lars Kraume

Après le Labyrinthe du silence en 2014, le cinéma allemand continue sa quête de son histoire judiciaire engagée dans la dénazification de l’Allemagne de l’Ouest. Fritz Bauer, déjà présent dans le précédent, est ici le héros. Un héros fatigué, aigri, amer, presque mis à terre par la violence implicite des nazis dispersés dans tout l’appareil ouest allemand, protégés par les Etats Unis dans leur lutte contre le communisme, protégés également par la mauvaise conscience, voire l’absence de conscience des allemands du peuple. Mais ce héros va se dresser pour obtenir la tête du serpent Eichmann. Dans son combat à mort contre le théoricien de l’extermination de la population juive d’Europe, à peine caché en Argentine, le procureur va faire appel au tout jeune Etat d’Israël, pas encore conscient de la responsabilité historique qui va devenir la sienne pour que la mémoire des millions de victimes de la Shoah soit maintenue vivante et vibrante.

Le film se vit comme un polar et malheureusement on y découvre à nouveau la complicité terrifiante des démocraties occidentales dans la fuite de la peste brune. Un film à voir et à faire voir, pour la mémoire, pour la justice, pour l’Histoire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s