Ruwen Ogien – Mon dîner chez les cannibales – Grasset

On se souvient tous de ce moment lors de la rencontre avec Montaigne où l’on découvre ce que l’autre veut dire. Ce que le respect de l’autre peut avoir de complexe et d’essentiel et l’importance absolu de regarder dans le blanc des yeux les limites de notre propre « humanité » ou « civilité ». Partant de ce constat Ruwen Ogien rassemble les diverses chroniques faites dans divers médias autour du relativisme culturel et moral.

Ce qui est intéressant dans ce travail c’est le sens de la mesure, la remise en cause de la philosophie comme ultime phénomène de la pensée. Elle ne peut rendre compte de la réalité qu’en liaison avec les autres sciences humaines – ceci est valable d’ailleurs pour toutes les composantes de ces mêmes sciences humaines.

Confrontant sa pensée au réel et souvent au réel sexué et sexuel: procréation, pornographie, mariage, mais également suicide assisté, avortement sont abordé ici sous l’angle du minimalisme moral. Une vision qui en choquera certains mais qui a l’intérêt de rappeler qu’à trop s’occuper de ce qui se passer dans le cul et le con des individus, dans leurs viscères ou dans leur regard sur la mort, on oublie de s’occuper de ce qui aujourd’hui fragilise vraiment les femmes et les hommes, l’économie libérale sans règle, ni norme.

Passionnant et très stimulant.

Sur le site de Grasset

 

Publicités