La coercition sexuelle est un mythe…

Il serait trop long d’expliquer à cette demoiselle que l’évolution n’est pas une lutte de tous contre tous et que la stratégie sexuelle de la coercition, théorie à l’origine d’un essai de socio-biologie, a fait date pour avoir provoqué une levée de boucliers chez les évolutionnistes, éthologues et biologistes. Oui, il peut y avoir des mâles agressifs, on a plein de reportages animaliers pour le montrer et les hommes violents courent malheureusement les rues. Mais depuis le début des années 2000, les recherches tant en biologie qu’en éthologie tendent à démontrer que l’entraide est un moteur puissant de l’évolution et de la perpétuation des espèces avec des stratégies de soutien auprès des petits. Les études chez les grands singes sont à cet égard particulièrement intéressantes. On sait que chez certains oiseaux les mâles prennent soin des petits pendant que la femelle chasse.

thCA93I23E

Mais revenons au point particulier du mâle humain répandant ses spermatozoïdes partout et tout le temps tandis que la pauvre femelle a un ovule unique par mois et que cette rareté fait monter la pression chez les mâles (sans jeu de mots). Cette assertion part d’un principe très douteux qu’un homme fait mouche à chaque fois qu’il tire et que la femme violée sera fécondée. Heureusement pour nous et malheureusement pour cette théorie de la teneur biologique du viol, cette idée n’est pas le moins du monde vérifiée. Oui, certains mâles chez les ours ou chez les lions et certains mammifères marins tuent les petits des femelles pour les rendre à nouveau féconde, mais c’est en période de pénurie frumentaire et ce sont des cas somme toute assez rares.

Donc non il n’y a pas de base biologique du viol ou de la coercition, par contre il y a une base sociale et historique à la soumission du ventre des femmes par les hommes parce que celles-ci possèdent la faculté de générer du même et du différent, capacité que les hommes n’ont pas. La biologie et l’éthologie ont montré que l’entraide et le soutien sont des ressorts forts et nécessaires de l’évolution. Il est toujours bon de se tenir au courant des études récentes… cela évite de continuer à répandre des idées largement fautives et dépassées.

article du nouvel obs

Publicités